Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

9.3×62 Cheval de trait imbattable Inscri10

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

9.3×62 Cheval de trait imbattable Inscri10
Passion La Chasse
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
9.3×62 Cheval de trait imbattable Verney10

9.3×62 Cheval de trait imbattable

+5
GR_06
mich13
charles01
senaillac
Carcajou7
9 participants
Aller en bas
Carcajou7
Carcajou7
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 218
Age : 62
Localisation : Loire Atlantique
Date d'inscription : 26/04/2019

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Sam 3 Sep 2022 - 13:50
C’est une traduction: Plus c’est long meilleur c’est !

Tâche fastidieuse, écrire un article sur ce monstre sacré.

Depuis plus d'un siècle, il accomplit son travail en silence, avec une constance et une efficacité presque impossible à égaler.

Cette cartouche fantastique est née du génie incontestable d'un armurier berlinois, Otto Bock.

Propriétaire d'un petit magasin d'armurerie, le bon Otto se consacrait à la fabrication de belles carabines doubles et de carabines à verrou.  En connaisseur de l'action Mauser, il interprète les revendications croissantes d'une certaine partie de la clientèle allemande.

Pendant des années, le marché avait décrété l'action 98 comme la reine absolue, fiable, robuste au-delà de l'imagination, capable de gérer tout type de mauvais traitement sans donner lieu à des problèmes d'extraction ou de blocage.  Il y avait une disponibilité totale de bonnes carabines dans le calibre prince teutonique, le classique 8 × 57 JS.

L'industrie de la munition avait au fil du temps donné naissance à une vaste famille de cartouches, destinées à des usages divers, poussant la popularité de leurs fabrications bien au-delà des frontières prussiennes et de l'Empire.

Mais comme la plupart des gens le savent, les balles de 8 mm ont un certain nombre de mérites et de limites.  En fait, leur faible densité de section et leur faible poids limitent considérablement leur efficacité sur les animaux très gros et énormes.  Même les balles à gaine entièrement métallique, à la fois spitzer et ruond nose, posaient des problèmes lorsqu'elles étaient utilisées sur la méga faune africaine.

Oui… car c'étaient les années de l'expansion coloniale européenne, lorsque la demande croissante de matières premières pour alimenter l'industrialisation poussait les aventuriers et les indomptables à tout risquer dans les territoires nouvellement conquis.  Les colons devaient se défendre et défendre la terre contre les maraudeurs de toutes sortes.

En plus des problèmes tribaux, il y avait d'énormes prédateurs qui trouvaient les troupeaux exquis et confortables, et de gigantesques pillards tels que les éléphants, les girafes, les buffles et les antilopes, utilisés pour arracher les récoltes avec une fréquence décourageante.

Le cher 8x57js avait montré toutes ses limites, et la demande de quelque chose de plus conséquent avait rebondi d'armurier en armurier jusqu'à la boutique du bon Otto.

Depuis une décennie, un nouveau calibre était devenu célèbre en Europe centrale, utilisé sur un travail exquis et des fusils doubles décidément coûteux.  Les nobles chasseurs allemands et austro-hongrois avaient vite appris à apprécier la poigne de fer 9.3x74R.  Entre leurs mains expertes et celles des chanceux Jager Meisters qui s'occupaient de leurs immenses réserves, ces armes étaient les meilleurs outils pour mettre fin aux querelles avec les énormes ours des Carpates et les cerfs capitaux pendant la courte période de rut.

9,3mm donc, une mesure qui englobe tout, l'ésotérisme, la connaissance du fer et de l'acier, la physique balistique et une pincée de sorcellerie.

Des balles de 9mm avaient déjà été utilisées, le même Mauser avait préconisé son 9x57mm comme calibre idéal pour le gros gibier, mais sans que celui-ci ne rencontre un énorme succès.  Densité de section insuffisante, poids de balle relativement élevé pour la contenance de l'étui mais encore insuffisant sur des proies de taille, rayon d'action limité.  Le comte Paul Pallffy dresse un tableau peu flatteur de l'inefficace 9 × 57 dans son livre "Un demi-siècle de chasse", et l'histoire et le temps semblent avoir donné raison au noble hongrois.

D'autre part, les balles de 9,3 mm ont une densité de section résolument élevée, proche des balles de 7 mm, notoirement très performantes.  Leur poids typique est de 18,5 grammes, sûrement adapté pour pénétrer les os, la chair, les muscles et les tissus.  Le boîtier 9,3x74R est spacieux, conçu pour fonctionner à basse pression et garantir une extraction sûre, peu de contraintes sur les verrous, et si la munition est utilisée sur des canons de 60/65 cm, il produit des valeurs énergétiques capables de tuer instantanément la plus grosse bête européenne  .  La vraie reine des chasses en voiture des grands seigneurs de l'époque.

Évidemment, les armes artisanales finement gravées, dont les canons étaient soigneusement assortis par des armuriers experts, avaient des coûts prohibitifs pour la bourgeoisie moyenne de l'empire, et étaient absolument impensables pour un désespéré en quête de fortune, abandonnant tout et partant pour l'Afrique avec la promesse d'une pièce.  de terrain et une vieille K98 dans le coffre.  Le bon Otto Bock remédia à cette situation gênante avec une élégance ingénieuse.

Il était indispensable de tirer le meilleur parti de ce qui était déjà là pour réduire les coûts, et ce n'est pas un mince exploit : le vénérable K98 et son action inoxydable.

Étant donné que le travail de la culasse était une lourde tâche et l'apanage des armuriers bien équipés, il a décidé de ne rien modifier.  L'éclair avait montré sur les champs de bataille qu'il était capable d'extraire, de chambrer, de tirer, à tout moment, du pôle nord à l'équateur.  Puis il a commencé à travailler sur un tout nouveau boîtier, avec le même collier 8x57js identique.  La nouvelle cartouche aurait fonctionné à la même pression de cartouche militaire, avec une valeur maximale de 3900 bars, pour toujours garantir la même fluidité de chargement, d'extraction et d'efficacité balistique.  Il a choisi une taille jamais vue auparavant, 62 mm, un boîtier volumineux et spacieux avec un goulot d'étranglement typique conçu pour assurer un détachement parfait pour une extraction en toute sécurité.

En pratique, dans n'importe quel endroit reculé du continent noir, un armurier à peine décent aurait dû retirer la culasse du fusil, dévisser le canon et le remplacer par un 9,3 mm de même longueur, 60 cm d'acier allemand, remonter le  canon avec l'action K98, zéro le viseur de fer.  Bref, le vilain petit canard 8x57JS pourrait se transformer en cygne, le fabuleux 9,3×62. Avec quelques sous un colon pourrait avoir un calibre très efficace pour les buffles, les antilopes, les lions, et même les éléphants, le tout sur le même fusil qu'il  utilisé depuis des années, avec exactement la même ergonomie, une balistique similaire, la même mémoire musculaire.

Otto Bock était un génie, avec un siècle d'avance.

Pression de fonctionnement modérée, recul bien gérable en particulier pour ceux qui avaient reçu une formation militaire, des carabines en bois massif et en acier, des balles lourdes de construction traditionnelle avec une énergie proche de 500 kilogrammes et des balles fmj à nez rond capables de pénétrer même un crâne d'éléphant.  Une étoile est née!

En quelques années le succès commercial fut tel que même les compagnies de munitions britanniques, comme Kynoch, mettaient en production des munitions 9,2 × 62.  Partout en Afrique, en Asie et en Europe, le résultat a toujours été le même, impact dévastateur, grande libération d'énergie intra-corporelle, jeu au sol.  Il ne s'agissait certes pas d'un calibre long terme, mais plutôt d'un régulateur de comptes court-moyen terme, typique de tous les scénarios africains et asiatiques ;  qu'il servait à remplir la marmite, ou à protéger les troupeaux et les récoltes, son efficacité était telle qu'il devint le calibre le plus populaire parmi les colons des territoires allemands et français.  Même dans les colonies anglaises, ce fut un succès, au point que Holland & Holland produisit rapidement un calibre concurrent, le célèbre .375 magnum,

.375 n'était chambré que dans des canons lourds et coûteux, ce qui nécessitait une action Magnum volumineuse, dont la longueur du boulon nécessitait un certain entraînement pour éviter de refermer le même sans chambrage d'une nouvelle cartouche.  Rien à voir avec l'économie et la simplicité du filleul d'Otto Bock.

La guerre a mis fin à sa popularité : avec les usines Mauser rasées et les industries de munitions démantelées par les alliés, elle est vite tombée dans l'oubli.  Dans les décennies qui suivirent, les chasseurs qui se rendirent en Afrique pour de merveilleux safaris impensables aujourd'hui, furent des américains qui imposèrent bientôt de nouveaux calibres.

Il a fallu des décennies pour que notre 9,3 × 62 soit mis à l'honneur, et cette fois en repartant du vieux continent.  Une grande pléthore de chasseurs fidèles a aidé à maintenir la bête en vie, et la propagation épidémique du sanglier a fait le reste.

Le célèbre écrivain et chasseur d'ivoire John Taylor, dans son agréable ouvrage "Fusils et cartouches africains" consacre un bon paragraphe à notre 9,3×62 et conclut qu'"en général il n'y a pas grand chose à dire, c'est tellement satisfaisant qu'il y ait eu  rien pour lancer une discussion.

Aujourd'hui, les principaux utilisateurs du 9,3×62 sur le vieux continent, sont les chasseurs de sangliers qui ont appris à apprécier la remarquable efficacité d'arrêt et de terminaison des balles de 9,3 mm.  À première vue, il peut sembler que l'utilisation moderne de la chasse en battue a complètement déformé le concept inspirant d'Otto.  D'ailleurs, beaucoup d'eau est passée sous les ponts en 120 ans, et si un système balistique survit au fil des siècles, c'est peut-être uniquement parce que sa flexibilité lui permet de s'adapter à différents scénarios et époques, tout en conservant efficacité et fiabilité.  Aujourd'hui, les chasseurs utilisent des balles de 232 grains dans des canons de 50 cm afin d'améliorer la puissance d'arrêt et l'efficacité des fusils semi-automatiques, seuls les rares qui chassent le cerf ou l'orignal ont besoin de canons longs et de balles lourdes.  En Afrique et en Amérique du Nord, les choses sont différentes.  Là où des jeux énormes et dangereux se promènent, le chasseur apprécie les qualités 9,3 × 62 éthérées.  En particulier, l'Amérique du Nord découvre maintenant le potentiel de ce vieil homme terrible.

Le chargement manuel de ce monstre sacré est un véritable jeu d'enfant.

Non seulement toutes les balles disponibles seront terriblement efficaces et létales sur toute la faune européenne, mais en raison de la capacité du boîtier, pratiquement n'importe quel type de poudre de calibres standard conviendra et produira un excellent regroupement avec de petits ajustements.  Les boîtiers sont facilement disponibles, du Prvi bon marché au coûteux Norma et Lapua, ils peuvent facilement gérer de nombreuses recharges et ne nécessitent pas d'attention particulière.  Compte tenu de l'angle de l'épaulement, passer des obus dans des matrices pleines est même satisfaisant.  Les amorces standard sont généralement efficaces, tandis que dans certaines charges, les amorces Magnum se sont révélées utiles pour améliorer la combustion de poudres à combustion quelque peu lente dans les fûts courts de Stutzen.

Les balles actuellement disponibles sur le marché sont capables de couvrir tous les besoins de chasse, avec une flexibilité qui était impensable il y a des années.  La sélection des balles est toujours cruciale et doit être soigneusement évaluée par le chasseur.

Pour la chasse en voiture, les balles plus légères sont probablement le choix le plus judicieux.  Sur les animaux qui atteignent rarement 140 kilogrammes, les balles de 225 ou 232 grains sont amplement capables d'abattre proprement des proies à des distances courtes à moyennes.  Personnellement, je pense que les ogives classiques 250 grains sont optimales, étant plus performantes en termes de restitution d'énergie et de pénétration dans les tirs frontaux, très fréquents en chasse au sanglier.  Le recul avec les balles de 232 et 247 grains est bien gérable, la détection négligeable, très agréable sur les carabines semi-automatiques.

La pointe molle traditionnelle à 286 grains peut être utilisée pour la chasse en battue avec certaines limitations, alors qu'elle est absolument fantastique sur les gros animaux à moyennes et courtes distances.

Les ogives collées, sauf exceptions louables, sont destinées aux très grands jeux.  Ils garantissent une pénétration incroyable, une grande rétention de poids et permettent au bon 9,3 × 62 d'être utilisé avec succès dans les salles africaines et asiatiques.

Enfin, FMJ et Solids modernes, conçus pour Big Dangerous Game.  Nous en reparlerons à l'avenir, c'est un chapitre fascinant qui mérite une étude plus approfondie.

Le chargement manuel de ce cheval pur-sang est le plus satisfaisant : il existe une infinité d'ogives, une multitude de poudres peuvent être utilisées et une précision surprenante peut être obtenue.  Pratiquement tous les manuels rapportent des données de chargement, vous n'avez donc qu'à chercher.  Norma, Vihtavuory, Nosler, Reload Swiss proposent d'excellentes recettes sur leurs pages dédiées au handloading.  Ce calibre fonctionne bien dans les canons courts et très bien dans les canons longs et très longs.  Peu d'armes incarnent l'esprit d'Europe centrale comme une élégante carabine stutzen, et peut-être rien n'est plus classique qu'un stutzen 9,3 × 62.  Un choix judicieux de poudre et de balle générera des cartouches idéales pour les zones boisées.

Comme déjà mentionné, toutes les balles de 9,3 mm fonctionnent très bien à toutes les distances.  Cependant, le choix de la balle est toujours une cause de grande inquiétude pour le chasseur : des heures de sommeil infinies ont été perdues et de petites fortunes ont été gaspillées en amorces et ogives, sans trouver le carré du cercle.

Celui qui recharge, vous le savez, est un perfectionniste obsédé par la performance, être satisfait ne fait pas partie de la perspective.

• VULCAIN & ORYX 232 grains .

Gardez toujours ces balles en haute estime, car elles sont sans aucun doute deux des meilleures du marché.  Ils ont des caractéristiques différentes et presque le même coefficient balistique.  Vulkan est conçu pour vider toute l'énergie intra-corporelle produisant des blessures hautement invalidantes, même sur des bêtes alimentées en adrénaline.  Sa structure est assez fragile, et il n'aime pas du tout les plans rapprochés ou les impacts violents.  Au fil des ans, il s'est créé une mauvaise réputation auprès des chasseurs de sangliers, mais uniquement parce qu'il est souvent mal utilisé, provoquant des blessures abominables et superficielles incapables d'arrêter les gros sangliers surrénalisés.

Norma a remédié à cette vilaine rumeur en lançant le jumeau maléfique, l'Oryx à 232 grains.

Avec de petits ajustements, il est possible de créer, avec ces deux ogives, des charges avec des points d'impact identiques avec la même mise à zéro, au moins à la distance de chasse typique.  Norma Manual indique 80 mm comme longueur optimale de la cartouche.

En pratique, un chasseur averti peut utiliser avec satisfaction le Vulkan sur des tirs un peu longs et l'Oryx sur ceux à bout portant sur la même arme, élargissant la souplesse du système balistique.

La structure collée de l'oryx assure une très bonne tenue du poids, une pénétration presque toujours totale et de la précision.

Un test effectué par un magazine de chasse russe montre qu'Oryx peut proliférer jusqu'à 300 mètres lorsqu'il est tiré dans un fusil 9,3 × 62.

À la fois sur le gibier léger et moyen, ces balles sont capables de tuer proprement si elles sont utilisées correctement.

Si l'on veut trouver une faille, le faible poids est parfois limitant, notamment sur les tirs frontaux, typiques de la chasse en battue. Sur des gibiers proches de 100 kilogrammes on pourra assister à un manque de pénétration, pas de trou de sortie sans arrêter la proie sur place.

Quoi qu'il en soit, un recul modeste et une détection douce permettent une utilisation confortable sur des carabines semi-automatiques, avec une précision plus que satisfaisante.

Sur gibier léger, les Oryx sont toujours un peu trop durs, à défaut de faire tomber l'animal sur place.

Vous pouvez les pousser autant que vous le souhaitez, l'Oryx ne générera pas de séparation ou de détachement entre le noyau et le manteau.  Je les ai envoyés à plus de 850 ms, et en frappant un sanglier, ils sont pratiquement devenus une soucoupe à café, sans se désintégrer… mais nous en reparlerons dans un autre article.

• Kegelspitz 247 grains.

Le standard à battre, certes pour les battues mais aussi pour les chasses au coup, vu la précision absolue.

Une fois de plus, la connaissance teutonique de l'art métallurgique fait la différence.  Cette balle incroyable peut gérer une large gamme de vitesses produisant la mise à mort la plus spectaculaire jamais vue.  Rws l'a proposé une fois pour le 9,3 × 64 Brenneke boosté à 850 ms, et c'était mortel sur tous les jeux majeurs.  Inévitablement, il produira une myriade de balles secondaires s'il touche les os et les articulations, tandis que frapper la salle d'ébullition augmentera son terrible pouvoir d'arrêt.

Seuls les tirs à bout portant sont critiques, mais même en cas de séparation du noyau et du manteau, la pénétration sera efficace et productive.

En chasse au coup, il est superlatif, précis et capable même à grande distance, il génère de gros dégâts surtout s'il est placé dans la zone cardio-pulmonaire, avec une trace de sang abondante et généralement courte.  Il fonctionne généralement bien sur le gibier léger et lourd, tant que vous faites attention au placement des coups.  Absolument l'un de mes favoris, une balle sur laquelle vous pouvez toujours lâcher.  J'ai trouvé le nouveau RS60 imbattable, capable de presser plusieurs mètres de seconde, avec toujours une combustion complète même dans des barils relativement courts.

Je ne l'utiliserais pas pour d'énormes cerfs, ou pour des digressions africaines sur le gigantesque Eland, mais pour tout ce qui pèse moins de deux tonnes, je n'aurais aucun doute.

Les munitions commerciales actuellement produites par rws atteignent des vitesses inférieures à celles d'il y a quelques années, donc pour exploiter leur grande puissance d'arrêt, elles doivent être correctement chargées à la main.  Inutile de risquer des pressions dangereuses, mais objectivement elles fonctionnent mieux au dessus de 750ms.  Dans le passé, ils produisaient des dégâts dévastateurs, mais au fil des ans, RWS a probablement modifié le noyau pour le rendre plus dur;  aujourd'hui, ils ont un comportement très équilibré, capables d'économiser quelques kilos de viande même avec de mauvais coups.

J'ai toujours une vieille boîte Kegelspitz des années 80, et elles sont plus douces que les actuelles même aux vitesses douces du 9.3x74R elles produisent des arrêts exorbitants mais parfois des dégâts indésirables.  Le manuel RWS indique que la longueur optimale de la cartouche est de 80,5 mm.

• Grains Woodleigh Round Nose SP 250 .

Super belles balles.

Quand j'ai commencé à les utiliser, j'ai eu quelques mauvaises expériences.  Je les ai employés pour une chasse au sanglier, correctement chargés dans une carabine express 9.3x74R.

Malgré un placement correct, quelques animaux de taille moyenne ont couru sur 100 mètres.  Des traces de sang étaient clairement visibles et des chiens étaient bientôt sur eux, mais les attentes ont été extrêmement déçues.  C'était parce que, bêtement, j'avais mal interprété la nature des balles rondes australiennes.

Sur leur site Web, ils sont décrits comme des points mous, mais ce sont d'excellentes balles liées, capables de se dilater parfaitement même à des vitesses modérées et de pénétrer profondément.  Le placement des coups n'est presque jamais parfait dans la chasse au drive, et une balle molle aide énormément à pardonner les petites erreurs.  Woodleighs a parfaitement fait son travail, seules mes attentes ont été déçues.  Je les ai mis de côté pendant quelques saisons, puis finalement je les ai destinés au harcèlement, et les résultats ont été saisissants.  Comme toutes les balles dont le noyau est soudé au pelage, les meilleurs résultats sont obtenus sur les gros animaux, visant les épaules ou la colonne vertébrale.  Impactant sur les structures osseuses, la balle les fait déflagrer, et creuse en creusant une cavité droite et passante permanente.

Le seul défaut que je peux trouver est le coût élevé et la difficulté à le trouver.  Pour le reste ils sont vraiment bien.

Woodleigh produit également le Round Nose en 286 et 320 grains.  Ces derniers sont capables de tuer proprement les buffles du Cap et tous les grands gibiers africains.

Sur les sols européens, l'ogive à 250 grains est probablement la plus flexible des trois.

Il existe également la ligne Protected Point, conçue pour résister à des vitesses très élevées.  Le seul qui pouvait avoir une utilisation rentable, celui à 232 grains, semble avoir été abandonné.

• H Mantel 258 grains.

Il n'est plus en production, après 8 générations, il a été retiré et remplacé par une balle à pointe rapide, même philosophie de construction avec un coefficient balistique plus élevé et un design moderne.  Comme tous les H Mantels, celui de 9,3 mm était une balle dure et bien structurée, capable de renversements exceptionnels uniquement à grande vitesse, libérant de l'énergie à l'impact et dévastant les tissus en profondeur.

Il fonctionne bien sur les gros et les très gros animaux, garantissant un trou de sortie petit mais bien percé. Symptômes sur les petites proies, il a du mal à produire une mise à mort instantanée à moins de toucher l'épaule ou le système nerveux.  Le manuel RWS indique la longueur optimale de la cartouche 81,7 mm.  Portez une attention maniaque aux symptômes de surpression, car le noyau arrière dur est enclin à jouer des tours

• GECO Teilmantel 255 grains.

Balles à pointe molle avec une structure classique et un important port de plomb exposé.  Les performances balistiques sont médiocres mais l'effet terminal est brutal.  Il n'est pas destiné à être poussé à grande vitesse, et dans les armes semi-automatiques, il se coince souvent dans la phase de réarmement, avec du plomb qui bloque facilement le processus.  Sur le 9,3x74R plus doux, cependant, exempt de problèmes de réarmement, c'est un bon choix pour la chasse au drive, en particulier pour ceux qui souffrent de recul.  Le manuel RWS indique que la longueur optimale de la cartouche est de 79,4 mm.

• Geco Plus 255 grains.

Le favori d'un ami cher, il le faisait également tremper dans du lait.  C'est une ogive collée mais très douce, en pratique elle produit une excellente déformation même à basse vitesse, garantissant une pénétration très profonde et d'excellents effets terminaux.  De conception moderne, il est bien adapté aux carabines semi-automatiques, ne générant pas de brouillage, fonctionne bien même dans des canons courts et est très constant.  On pourrait le définir comme une évolution optimale de l'Oryx plus léger pour les chasses en battue.  Je pense que cela deviendra bientôt un mauvais concurrent pour Norma.  Comme toutes les balles liées, laissez-les courir et si possible visez des structures massives.  Ainsi, vous aurez une mise à mort spectaculaire.

• Speer Hot Core 270 grains

Pour ceux qui exigent une balle haute performance à des prix populaires.  Il n'y a vraiment pas grand chose à écrire sur ces ogives : le poids, unique en son genre, les place quelque part entre poids lourd et léger.

Speer noyau chaud 270 grains

 Pour ceux qui exigent une balle haute performance à des prix populaires.  Il n'y a vraiment pas grand chose à écrire sur ces ogives : le poids, unique en son genre, les place quelque part entre poids lourd et léger.

Il a un coefficient balistique correct, qui laisse présager des tirs à plus de 200 mètres sans gêne, une structure intéressante, avec un noyau et un manteau soudés mais pas aussi tenaces qu'on pourrait s'y attendre : il perdra une partie de son poids tout en déversant de l'énergie, produisant des  blessures.  L'un des meilleurs pour la chasse au sanglier.  La forme conique le rend idéal pour les pistolets semi-automatiques et est suffisamment précis.  Laissez-la courir et la balistique terminale sera frappante.  Pour ceux qui souhaitent l'utiliser pour la chasse au coup, certainement un canon de 60 cm ou mieux de 65 cm pourrait exprimer d'excellentes qualités balistiques et prolonger de plusieurs mètres l'efficacité de cette balle économique.  Un bon polyvalent, ne vous en privez jamais.

• Rws Teilmantel 286 grains.

Une pilule qui ressemble à une bande dessinée occidentale, mais de loin l'une des balles les plus meurtrières que vous puissiez utiliser sur des animaux corpulents.  Poussé à une vitesse typique, produit des blessures très invalidantes, un choc neurogène marqué et de forts saignements même avec des tirs en salle d'ébullition.  Étant assez fragile, les dommages à la viande seront toujours visibles.  Mais s'il est impératif de mettre fin à l'affaire en un instant à des distances courtes à moyennes, vous avez une très bonne raison de l'utiliser.

Il est facile d'obtenir des charges extrêmement précises, à 100 mètres elles produisent un trou dans l'autre.  Le manuel RWS indique 82,1 mm comme longueur de cartouche optimale.

Il faut toujours garder à l'esprit qu'il s'agit d'une balle très molle, et que sa pénétration n'est garantie que par le poids de frappe, 18,5 grammes.  Une vraie maison de puissance.

Un peu vintage, mais sacrément mortel.  Pour les quelques chanceux qui peuvent pratiquer la chasse au cerf et au sanglier dans les bois, peut-être avec un précieux Stutzen, c'est un arbre à feuillage persistant, à ne pas laisser à la maison.

• HORNADY INTERLOCK 286 grains .

Honnête et pas cher.

Pour le prix auquel elles sont vendues, des ogives très efficaces pour la pratique et la chasse.  La structure extrêmement fragile et le poids élevé signifient qu'ils produisent souvent des séparations effrénées entre le manteau et le noyau, avec des effets terminaux dramatiques.  La seule recommandation est d'éviter les vitesses exorbitantes.  À 680 ms, ils font bien le travail, avec une excellente pénétration même sur du gros gibier.  De plus, d'horribles blessures superficielles peuvent survenir, donc invalidantes pour ancrer le jeu en place mais certainement pas souhaitables.  Pour bien les faire fonctionner il ne faut pas abuser de la vitesse, et comprendre qu'à vitesse modérée c'est une condamnation à mort même avec des coups mal placés.

J'ai vu des photos d'élans, d'antilopes et même de buffles abattus avec cette balle, mais franchement, je ne l'utiliserais pas sur quelque chose de plus gros qu'un cerf ou un sanglier.  Pour les plus gros animaux, même les skinheads doux, il y a beaucoup de balles beaucoup plus fiables.

• Alaska 286 céréales.

Une balle classique à pointe molle, avec un manteau tenace et un noyau tout simplement parfait.  Comparé à Teilmantel, il a un meplat modeste exposé, mais se multiplie immédiatement après l'impact, avec un transfert d'énergie violent et, vu le poids élevé, une pénétration profonde vers les organes vitaux.  La conception permet l'utilisation sur des armes à feu semi-automatiques si la longueur totale est limitée.

Les longs coups ne sont pas à envisager, mais pour tout le reste, ils sont plus que dignes de la plus grande confiance.  Parmi les points mous lourds, c'est probablement le plus constant et le plus précis de ceux que j'ai testés.  Il a du mal à libérer de l'énergie sur les animaux de petite et moyenne taille, mais sur tout le reste, il est inégalé.  Juste excellent.

Le manuel Norma indique que la longueur optimale de la cartouche est de 80 mm.

• Grains RWS UNI CLASSIC 293 .

Le mythe.

Je ne sais pas vraiment par où commencer pour décrire ce fossile vivant.  Né de l'esprit brillant de Brenneke, il existe depuis plus d'un siècle.  Parmi les balles de 9,3 mm, c'est peut-être celle qui a le coefficient balistique le plus élevé, capable de fonctionner sur une large gamme de vitesses, garantissant des renversements rapides et propres.  Il a un pouvoir d'arrêt élevé et une pénétration généralement très profonde.

Beaucoup critiquent son design et ses performances dépassés, mais s'il est sur le marché depuis plus d'un siècle, pratiquement inchangé, et peut encore compter sur une pléthore d'aficionados, il doit y avoir des raisons valables.  Quand j'ai commencé à utiliser TUG, je n'avais pas une idée claire de ce à quoi m'attendre.  En discutant avec d'autres chasseurs, j'ai ressenti des critiques flatteuses ou totalement négatives.  Encore une fois, ⁷la différence entre les attentes et la réalité doit être médiatisée par la connaissance et l'expérience directe sur le terrain.

Au début du XXe siècle, il n'y avait pas d'ogives collées, les balles étaient essentiellement de deux types, à pointe molle ou à enveloppe complète.  Le premier sur d'énormes animaux n'a pas réussi à pénétrer à moins d'utiliser des poids de balle exorbitants, l'autre ne convenait qu'à la mégafaune, seul celui-ci frappant les structures osseuses ou le cerveau.

Good Willhelm a senti qu'il y avait une troisième voie, et il a donné au monde son incroyable TUG, Torpedo Universal Geschosse.

Un noyau avant relativement mou qui se déforme comme un point mou à une vitesse modérée, mais s'il est lancé à des vitesses très élevées, des fragments à l'impact génèrent de nombreuses balles secondaires et provoquent une décharge d'énergie dramatique.  Le noyau arrière indéformable est destiné à pénétrer les organes, les tissus et les os fendus pour apporter la destruction, le cas échéant, aux organes vitaux.  En plus d'un siècle de carrière honorée, il est raisonnable de supposer qu'aucune autre balle au monde n'a abattu plus de gibier lourd que notre TUG.  Au fil des ans, il a été légèrement modifié pour l'adapter aux nouveaux besoins de la chasse et le faire fonctionner correctement dans les armes semi-automatiques, mais la conception originale n'a pas été déformée.

Vous pouvez l'appeler TUG, Uni Classic, il continuera à faire son travail avec une efficacité implacable indécente.

C'est l'une des meilleures balles pour les moyennes et courtes distances.  Puissance de freinage exubérante, pénétration toujours complète, ne craint pas la végétation, même les troncs de section généreuse ne peuvent l'arrêter.  Son objectif principal est le tir frontal à courte et très courte distance, j'ai vu plusieurs fois des sangliers d'une tonne tomber comme foudroyés, même si la balle avait touché la poitrine ou l'épaule.  Pour tirer le meilleur parti de ce potentiel de balle, nous suggérons des canons plutôt longs, et de le pousser le plus vite possible en toute sécurité.  Il ne craint pas les vitesses exorbitantes, RWS le charge en 9,3 × 64, et si vous arrivez à trouver un chasseur qui l'a utilisé en Afrique dans ce calibre on vous dira de quoi il est vraiment capable.

Sur de longues distances, où le placement des coups devient crucial, il est toujours capable de produire d'excellents résultats grâce à une masse élevée.  Une balle en laquelle vous pouvez avoir confiance.  Dans le passé, RWS indiquait ce projectile comme adapté à la chasse au gros gibier dangereux tel que le buffle du Cap, et c'était la seule charge commerciale à dépasser, sans surprise, les 500 kgm d'énergie au museau.  Il existe aujourd'hui des ogives plus performantes sur des proies gigantesques, mais saper un animal appelé "Peste Noire" avec notre 9.3×62 toujours valable reste une idée discutable : S'il est vrai qu'il est capable de blesser mortellement un énorme buffle, oubliez qu'il pourrait  arrêter une charge furieuse.

Comme le suggèrent les meilleurs PH, utilisez suffisamment de pistolet.

RWS dans son manuel valide suggère une longueur de cartouche de 82 mm.

Je n'ai pas trouvé de poudre qui ferait mal fonctionner ce chef-d'œuvre en acier.

À mon avis, son utilisation principale devrait être pour la chasse au cerf, ou aux grandes antilopes.  Avec des canons de 65 cm, il est capable de produire des valeurs de vitesse et d'énergie capables de tuer de gigantesques ongulés jusqu'à 250 300 mètres.  Sûrement Efficace même sur orignal et ours, assurant une meilleure pénétration qu'une pointe molle classique.  Loin de prendre sa retraite, nous verrons ce super classique sur les terrains de chasse pendant de nombreuses années.

La légende continue.

• SWIFT A-FRAME 300 grains.

A utiliser uniquement et exclusivement sur des animaux de grande taille, à partir de 500 kg.

J'avoue, je les ai achetés juste pour le plaisir, seulement pour voir l'effet qu'ils pouvaient avoir.  Comme tous les cadres A, ils sont à double noyau collé, le noyau avant étant plus doux et le noyau arrière étant très dur mais toujours partiellement déformable.  Contrairement aux autres calibres que j'utilisais auparavant, les 9,3 mm sont comptés parmi les balles de fusil lourd, ils ont donc un pelage plus épais et sont vraiment résistants.  Il est facile d'obtenir une bonne précision, en prenant soin d'observer attentivement les recettes des manuels de chargement manuel : ils sont fortement susceptibles de générer des pressions élevées, donc la dose maximale sera considérablement inférieure à une balle classique de poids égal.

À moins que vous ne planifiez un safari ou une grande chasse aux plantigrades nord-américains, à mon humble avis, cela n'a aucun sens de l'utiliser pour la chasse.  Néanmoins, je voulais essayer sur du sanglier, avec des résultats typiques de balle collée, mais à un coût plus élevé.  Compte tenu du poids et de l'obstination avec laquelle ils gardent leur poids d'origine, je les vois beaucoup plus enclins à être utilisés dans le grand frère, le 9,3 × 64 Brenneke.

Je verrais possible et fructueux d'utiliser la même ogive en 250 grains, si vous êtes capable de trouver.  Le même avertissement demeure, visez droit, les os importants ou délibérément le crâne et la colonne vertébrale.  Les rapports du sol africain nous disent que c'est l'un des plus performants sur la mégafaune, et qu'il est également efficace sur le buffle du Cap, les grandes antilopes, le zèbre et l'hippopotame.

En plus de la surpression, les rechargeurs doivent veiller maniaquement à la fluidité du chargement, et éviter soigneusement d'utiliser des boîtiers pauvres ou des amorces bon marché.  Ces cartouches, si jamais vous vouliez les mettre en place, seront destinées à des animaux dangereux, et la vie pourrait dépendre de la bonté de leur fonctionnement, ne faites jamais d'économies dans ces situations.  Sans surprise, certains PH préfèrent que leurs clients utilisent des munitions commerciales, même pour des questions d'assurance.

Depuis quelques années, Swift produit des munitions de qualité supérieure, et parmi les charges proposées en 9,3 × 62, nous trouvons 286 grains A Frame et le tout nouveau Break Away Solid ;  Norma propose également des munitions A Frame de 286 grains.

Juste au cas où vous seriez curieux, il est sûrement plus facile d'en essayer une boîte avant de s'aventurer dans de longues expériences.

Évidemment, compte tenu de la proie en question, ce serait une bonne idée un canon de 60 ou mieux de 65 centimètres, afin d'exploiter au maximum le potentiel de ces incroyables ogives.

Sans aucun doute les balles les plus dérangeantes jamais essayées.

• ORYX 325 grains.

Cette puce mérite quelques lignes et quelques explications supplémentaires.

Quand j'ai commencé à recharger le 9,3 mm, j'ai été époustouflé par ces balles trapues en forme de crayon.  J'avoue que je suis un amoureux des poids lourds, et ceux-ci ne pouvaient pas manquer.  Ne sachant que faire du lourd Oryx, j'ai commencé à chercher des données.  Forcément, je me suis retrouvé à échanger plusieurs mails avec Norma pour comprendre comment les utiliser.


J'ai donc découvert que les techniciens suédois avaient donné naissance à cette balle prodigieuse pour la chasse à l'orignal.  Traditionnellement en Suède, il est chassé avec des chiens, même en battute, et la chasse se termine généralement par des tirs à courte distance dans une végétation épaisse.  Cette ogive a été conçue pour fonctionner à des vitesses douces typiques de 9,3 × 62, offrant une pénétration très profonde dans l'ongulé corpulent.  Lent et sacrément lourd, il est pratiquement imparable.

La curiosité à ce moment-là avait augmenté de façon exponentielle, donc un test sur le terrain était indispensable.  J'ai utilisé les données de Norma de leur page, et je me suis tout de suite lancé dans le difficile : créer une bonne cartouche pour mon fusil express en 9.3x74R.  Maintenant, considérez que la difficulté est triple avec le double fusil, car en plus de créer une cartouche précise, le chargeur manuel doit également veiller à ce que les trajectoires des balles se croisent à 50/60 mètres ;  comme le dit toujours un ami, c'est comme marcher dans les ronces en sous-vêtements.  Laissant de côté les détails fastidieux, j'ai essayé une poudre habituellement anormale pour le calibre, Norma MRP, et avec une chance sans précédent, j'ai trouvé la recette parfaite du premier coup.

L'utilisation de Quickload est fondamentale lors de la recherche de charges particulières, il vous aide à créer des modèles extrêmement réalistes, en économisant de l'argent, du temps et des maux de tête.

Ma recette, grâce à la longueur des canons et à la poudre à combustion très lente, est capable d'atteindre quelque chose de plus de 5000 joules, avec une collimation idéale des points d'impact.

J'utilise ces ogives depuis un certain temps, toujours avec des résultats saisissants.

La mise à mort la plus spectaculaire a été celle d'un gros sanglier frappé en fuite alors qu'il tentait de s'échapper du rythme après avoir blessé deux chiens.  J'ai visé le bout des côtes gauches et je l'ai vu tomber comme foudroyé.  La balle l'avait traversé sur un long chemin, terminant la course dans la deuxième vertèbre et la désintégrant.

La rétention de poids était proche de 90 %, alors que le verrat pesait 120 kg.

Reproduire ces performances dans notre 9.3×62 est assez simple avec des canons de 60 centimètres.  Donc, si vous voulez cibler l'orignal, l'ours, le cerf ou le grand ongulé africain, l'Oryx 325 grains est une excellente option.

Un vrai champion poids lourd, le plus lourd que vous trouverez sur le marché.

• SWIFT BREAK AWAY SOLID.

Je l'avoue avant de commencer à écrire.

C'est un gaspillage d'argent, à moins que vous n'ayez vraiment l'intention de planifier un safari, dans le but de chasser un gibier dangereux de taille gigantesque.  Swift a développé cette balle à la suite du succès des balles solides nées au cours des dernières décennies.  La conception rappelle vaguement les balles "hydrostatiquement stabilisées" de Woodleigh, mais Swift a préféré continuer en tête plutôt que de passer à des structures monolithiques.  Le principal avantage est la "saturation" des rayures plus faible, une plus faible tendance à générer des hautes pressions, et ayant la même surface d'appui, une balistique externe presque identique à 286 grains A-Frames, au moins jusqu'à la distance d'engagement habituelle de Dangerous Game.

L'intention du fabricant est de laisser le chasseur utiliser, à des distances moyennes de gros gibier dangereux, l'un ou l'autre projectile avec la même mise à zéro.  Une grande flexibilité, et la possibilité d'utiliser le A Frame comme premier choix pour exploiter le meilleur transfert d'énergie et le Break Away comme deuxième et troisième pour garantir deux cavités permanentes dévastatrices et perçantes.

Pour les jeux Very Large Dangerous, Break Away Solid est probablement le meilleur choix, un véritable changeur de jeu.

La forme de la balle est étudiée depuis longtemps et les techniciens de Swift assurent qu'il s'agit d'une véritable révolution.

Cette balle, dans un avenir proche, fera l'objet d'un test très intéressant et, à certains égards, jamais vu auparavant.  Restez à l'écoute, vous en verrez de bons.

Suis nous sur instagram:

https://instagram.com/mauser_italy?igshid=5ryrxnep8i0m

ANNEXE ROMANTIQUE, LE NOBLE 9,3X74R

Ce que nous avons dit pour le vénérable 9.3×62 s'applique en miroir au beau et noble 9.3x74R.

Née une décennie plus tôt, destinée à casser des fusils à bascule, comme le suggérait R (Rand, restons pour cerclés) elle a toujours été la reine des nobles battues dans la vieille Europe.  La pression de service maximale est considérablement inférieure, à seulement 3400 bar.  Une pression modeste signifie peu de stress sur le récepteur et les serrures, pas de problèmes dans la phase d'éjection et un recul pâteux, jamais hystérique.

Si nous regardons le boîtier, nous pouvons voir une épaule légèrement suggérée, il n'y a pas besoin de goulot d'étranglement, ce qui en fait l'un des boîtiers les plus savoureux à recalibrer.  Et là encore, étant généralement chambré en express très agiles juxtaposés ou superposés, il est possible de l'utiliser aussi bien en traque qu'en chasse au volant avec un maximum de satisfaction.  Compter sur un deuxième coup décisif lorsque l'on traque des élans dans une végétation très dense est un avantage indiscutable.

Bien que l'on pense généralement que le 9.3x74R a environ 15% de vitesse et d'énergie en moins que son homologue à verrou, étant donné la tendance actuelle à utiliser des fusils semi-automatiques avec des canons de 50/53 cm, il est juste de supposer qu'un express classique avec  Le canon de 60 cm est balistiquement équivalent.

Si vous aussi vous considérez que les carabines en plastique modernes et ultra-légères sont sans âme, et que vous appartenez au groupe évanescent des nostalgiques de l'âge d'or du fair-play et du gros gibier, alors vous n'aurez aucun doute sur l'arme à choisir.

Vous devinez j’adore ce calibre dans ma Mathelon, Sr 30 et TD 202.

Keiler, charles01, armand 09, ERIC29, Eric68, mouickmouick, biglebowski et aiment ce message

avatar
senaillac
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 204
Age : 65
Localisation : LIMOUSIN
Date d'inscription : 27/04/2016

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Dim 4 Sep 2022 - 8:07
Quel travail de synthèse. Chapeau
charles01
charles01
Cerf
Cerf
3000 Messages
Nombre de messages : 4924
Age : 73
Localisation : 69830 saint georges de reneins
Date d'inscription : 22/07/2013

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Dim 4 Sep 2022 - 11:30
Très beau sujet bien exposé ! thumleft
avatar
mich13
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1006
Age : 75
Localisation : haut rhin
Date d'inscription : 03/08/2014

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Dim 4 Sep 2022 - 13:36
Bravo pour ton exposé qui confirme tout le bien que je pense de ce calibre que j'utilise pour tout faire du chevreuil au sanglier et cerf (ORYX 285gr) sans jamais avoir été déçu (CZ550 canon de 60) , je n'ai plus que celui la ainsi qu'un ancien et parfait Drilling en 16/7x65r . 9.3×62 Cheval de trait imbattable 1f44d

Carcajou7 aime ce message

GR_06
GR_06
Cerf
Cerf
1000 Messages
Nombre de messages : 1205
Age : 48
Localisation : 68
Date d'inscription : 18/02/2020

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Dim 4 Sep 2022 - 20:36
mich13 a écrit:Bravo pour ton exposé qui confirme tout le bien que je pense de ce calibre que j'utilise pour tout faire du chevreuil au sanglier et cerf (ORYX 285gr) sans jamais avoir été déçu (CZ550 canon de 60) , je n'ai plus que celui la ainsi qu'un ancien et parfait Drilling en 16/7x65r . 9.3×62 Cheval de trait imbattable 1f44d

L'oryx pour le chevreuil aussi ? Comment est la venaison ?
avatar
mich13
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1006
Age : 75
Localisation : haut rhin
Date d'inscription : 03/08/2014

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Dim 4 Sep 2022 - 21:59
C'est une balle qui travaille bien sans dégâts dommageable pour la venaison , aucun soucis de ce côté la .
Legaulois
Legaulois
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 923
Age : 78
Localisation : Vallée de la dordogne 46
Date d'inscription : 03/04/2013

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 9:16
J'ai dévoré cet exposé sur ce vénérable calibre sans modération, c'est celui que j'utilise principalement en battue au sanglier, samedi dernier le 10 /09 un sanglier de 60 kg en a fait les frais à 35/40m depuis un mirador, avec une seule cartouche Sellier Bellot SP de 18,5g dans ma Sauer 303 équipée du micro H2, l'animal est resté sur place pour ne plus bouger touché derrière l'épaule, c'était mon 1er sanglier de la saison et le seul du jour, il avait été tiré 4 fois avant d'arriver à mon poste sans succés, 2 tirs avec du 30-06 plus 2 tirs au calibre 12, ces 2armes en visée ouverte.
GR_06
GR_06
Cerf
Cerf
1000 Messages
Nombre de messages : 1205
Age : 48
Localisation : 68
Date d'inscription : 18/02/2020

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 11:03
Legaulois a écrit:J'ai dévoré cet exposé sur ce vénérable calibre sans modération, c'est celui que j'utilise principalement en battue au sanglier, samedi dernier le 10 /09 un sanglier de 60 kg en a fait les frais à 35/40m depuis un mirador, avec une seule cartouche Sellier Bellot  SP de 18,5g dans ma Sauer 303 équipée du micro H2, l'animal est resté sur place pour ne plus bouger touché derrière l'épaule, c'était mon 1er sanglier de la saison et le seul du jour, il avait été tiré 4 fois avant d'arriver à mon poste sans succés, 2 tirs avec du 30-06 plus 2 tirs au calibre 12, ces 2armes en visée ouverte.

Félicitations pour ton sanglier. Néanmoins, en te lisant on a l'impression que le souci de tes collègues est le calibre voire la visée ouverte. Le problème est clairement le manque d'entrainement et leur inhabilité au tir. Combien de séquences de sanglier courant ou de cinétir ont-ils faites en août? Est-ce qu'ils sont passé au stand faire une vérification de réglage de tir?
Laju 68
Laju 68
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 14
Age : 46
Localisation : Bâle
Date d'inscription : 02/11/2019

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 12:32
Félicitations Legaulois .

 cartouche Sellier Bellot SP de 18,5g pourquoi dépenser plus, j'utilise avec le même succès la ppu du même poids.
Dans mes 2 canon r93 en 9.3x62 j'utilise l'une où l'autre indifféremment en battue.
J'ai utilisé dans les 2 marques de munitions des manufacturé depuis quelques temps je recharge.

J'utilise également le 9.3x64 et le 9.3x74 .  En 9.3 je suis jamais déçu même si j'ai une douzaine de calibre rayé différents, peu ont la même polyvalence sur notre continent.
Legaulois
Legaulois
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 923
Age : 78
Localisation : Vallée de la dordogne 46
Date d'inscription : 03/04/2013

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 13:02
GR_06 a écrit:
Legaulois a écrit:J'ai dévoré cet exposé sur ce vénérable calibre sans modération, c'est celui que j'utilise principalement en battue au sanglier, samedi dernier le 10 /09 un sanglier de 60 kg en a fait les frais à 35/40m depuis un mirador, avec une seule cartouche Sellier Bellot  SP de 18,5g dans ma Sauer 303 équipée du micro H2, l'animal est resté sur place pour ne plus bouger touché derrière l'épaule, c'était mon 1er sanglier de la saison et le seul du jour, il avait été tiré 4 fois avant d'arriver à mon poste sans succés, 2 tirs avec du 30-06 plus 2 tirs au calibre 12, ces 2armes en visée ouverte.

Félicitations pour ton sanglier. Néanmoins, en te lisant on a l'impression que le souci de tes collègues est le calibre voire la visée ouverte. Le problème est clairement le manque d'entrainement et leur inhabilité au tir. Combien de séquences de sanglier courant ou de cinétir ont-ils faites en août? Est-ce qu'ils sont passé au stand faire une vérification de réglage de tir?

Exact, je suis le seul de notre équipe avec un autre qui le fait avec moi a systématiquement procéder au réglage de mes carabines chaque saison. J'ai aussi du mal à persuader mes collègues a passer au point rouge pour des tirs plus ajustés.
Celui qui a tiré au calibre 12 semi auto a pourtant une carabine 35 whelen équipée d'un H2 sans doute influencé par mes réussites au tir des sangliers et aussi chevreuils, avec laquelle il a déja tué 1 ou 2 sangliers, mais il retourne invariablement au fusil pour peu de résultat. Je me demande si de temps en temps il n'y a pas une cartouche a chevrotines dans son chargeur ceci expliquant cela..
philgood
philgood
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1110
Age : 47
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2020

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 13:08
Ici je suis le seul à faire un réglage systématique avant l’ouverture et aussi à aller au sanglier courant.
Je vais cet après-midi régler ma nouvelle carabine avec la minox et le mds que j’avais sur l’autre
Legaulois
Legaulois
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 923
Age : 78
Localisation : Vallée de la dordogne 46
Date d'inscription : 03/04/2013

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 13:14
philgood a écrit:Ici je suis le seul à faire un réglage systématique avant l’ouverture et aussi à aller au sanglier courant.
Je vais cet après-midi régler ma nouvelle carabine avec la minox et le mds que j’avais sur l’autre

Bravo encore faut il avoir ça pas trop loin de chez soi ce qui n'est pas le cas ici, je n'ai jamais eu l'occasion de m'entraîner au sanglier courant
philgood
philgood
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1110
Age : 47
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2020

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 19:03
Legaulois a écrit:
philgood a écrit:Ici je suis le seul à faire un réglage systématique avant l’ouverture et aussi à aller au sanglier courant.
Je vais cet après-midi régler ma nouvelle carabine avec la minox et le mds que j’avais sur l’autre

Bravo encore faut il avoir ça pas trop loin de chez soi ce qui n'est pas le cas ici, je n'ai jamais eu l'occasion de m'entraîner au sanglier courant
J’ai presque une heure pour y aller et c’est le seul.le suivant il faut faire au moins 2h
ERIC29
ERIC29
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1182
Age : 61
Localisation : FINISTERE
Date d'inscription : 20/01/2015

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 19:24
Bonjour Philgood, Tu vas où ?

_________________
Pour se faire des ennemis, nul besoin de faire la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense.        M.Luther King
philgood
philgood
Sanglier
Sanglier
1000 Messages
Nombre de messages : 1110
Age : 47
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2020

9.3×62 Cheval de trait imbattable Empty Re: 9.3×62 Cheval de trait imbattable

Lun 12 Sep 2022 - 19:52
A plaintel,c’est le seul par ici,après je connais un autre près de vannes.
J’ai été faire régler mon nouveau joujou.entre les deux Merkel il y a environ 4 cm en hauteur et en latéral rien du tout

ERIC29 aime ce message

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum