Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

Ballade en forêt Inscri10
Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

Ballade en forêt Inscri10
Ballade en forêt Verney10

Partagez
Aller en bas
Diana chasseresse
Diana chasseresse
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 209
Age : 31
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 01/04/2007
http://missmouf.blog4ever.com/blog/index-158409.html

Ballade en forêt Empty Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:28
Ce texte, tout droit sorti de mon imagination, est dédié aux merveilles de la Nature.

Comme pour me souhaiter la bienvenue, les oiseaux des premières lueurs du matin s’étaient mis à chanter. Ainsi à peine retourné aux sources de l’humanité, je m’arrêtais puis m’asseyais sur ce qui me semblait être un tronc pourri. Plusieurs fois, je me piquais avec les ronces qui, d’après ce que j’en déduisais, recouvraient la souche. Je sentis alors de mes doigts endoloris la fraîcheur et l’humidité de la mousse habillant le bois mort. Ayant un voile opaque et noir devant les yeux, je ne pouvais d’ailleurs progresser d’avantage. Je décidais alors de rester sur mon trône. L’air, à l’instar de la mousse, était agréable et je ne pus m’empêcher de penser au plus profond de moi que la nouvelle journée allait être chaleureuse. Je prenais de grandes bouffées d’air vivifiantes, emplissant mon nez d’odeur de bois mort, de mousse fraîche, de terre et surtout celle du réveil des microorganismes ; témoignage d’une résurrection quotidienne.
En levant la tête, je distinguais entre le feuillage la pâleur d’un jour naissant. Il semblait qu’une force mystique avait tracé d’immenses parallèles claires entre les étoiles. Une alternance de points jaune et rouge étaient visibles : je me sentais parfaitement à l’aise loin de la civilisation. Ce ciel nocturne bougeait sans cesse de place, au fil des balancements des feuilles que la bise animait. Parfois des oiseaux nocturnes hululaient, se souhaitant probablement une bonne journée, à savoir l’équivalent du « bonne nuit » pour les diurnes. Un moment, j’entendis des bruits de pas, ainsi que des brindilles craquer quelque part dans la pénombre. Cette soudaine agitation se rapprocha, passa relativement près de moi puis s’éloigna à nouveau. L’animal était reparti aussi vite qu’il était venu. Ce ne pouvait pas être les gentilles lucioles qui virevoltaient gaiement à la recherche d’un compagnon. A la manière de bouées libres tanguant sur une mère agitée, leur présence guidait mon regard, mon attention, mon imagination au travers du voile de la nuit.



Maintenant les chauds rayons du soleil arrivaient à se frayer un chemin à travers le feuillage. Non loin de mon poste un merle mâle, posé sur une branche haute, chantait de sa plus belle voix. Il exprimait par ce moyen son bonheur d’être père.
Je me levais de mon siège et commençais ma promenade matinale. J’avançais doucement afin de me fondre le plus possible dans ce paisible environnement. La jolie danseuse vêtue d’une robe en soie d’araignées perlées me faisait des clins d’œil, m’incitant à valser avec elle au son des violons de la nature. Des milliers d’insectes virevoltaient autour de moi, reflétant les premiers rayons solaire grâce à leurs ailes pailletées. Au dessus d’un point d’eau, entouré de grosses touffes d’herbes, de plantes variées et de fleurs de toutes les couleurs, un groupe de moustiques exécutait une drôle de danse ; certainement celle de l’amour. Les uns allaient vers le ciel tandis que d’autres descendaient, d’autres encore se préoccupaient plus de se diriger vers la droite ou la gauche ; créant ainsi un joyeux tourbillon. Je m’approchais silencieusement du point d’eau pour surprendre un éventuel animal. Effectivement une petite grenouille brune dorait sa peau visqueuse au soleil levant. Dès qu’elle me vit approcher, elle s’empressa de se cacher sous un nénuphar après un bref « flouc ».
Une aurore passa à côté de moi, à la recherche d’un compagnon ou tout simplement d’un breuvage. Ses courts battements d’ailes laissaient paraître une certaine douleur. Je me disais que c’était peut être le poids d’une brève, mais tumultueuse vie.
Poursuivant ma balade tout comme ce papillon, je m’émerveillais devant chaque plante, chaque souche, chaque fourré, me demandant toujours quels secrets pouvaient receler ces écosystèmes. Arrivé près de la lisière de la verte forêt, je perçus un frémissement parmi les feuilles au sol, comme si le vent s’était engouffré par une ouverture dans le duvet végétal et balayait à présent le tapis sur lequel je me trouvais. Néanmoins la bise ne venait pas m’embrasser… Cette sorte de souffle s’amplifia de plus en plus jusqu’à ce que j’aperçoive à une trentaine de mètres de moi une compagnie de sangliers. Instinctivement je m’arrêtais net et observais silencieusement la douzaine d’animaux. Bien qu’elle se sente à l’abri dans la forêt, la laie meneuse était sur le qui vive. Elle s’arrêtait souvent, écoutant et scrutant les alentours afin de repérer un éventuel prédateur ; puis s’étant assurée de la tranquillité de l’endroit, elle reprenait sa course en trottinant. La compagnie la suivait, les plus jeunes s’amusant à faire la course. Quel profond sentiment de prédateur que celui de voir des animaux calmes alors qu’eux ne savent pas qu’un ennemi potentiellement mortel les observe. La compagnie tourna ensuite autour de moi pour rejoindre sa bauge journalière. La laie dû sentir mon odeur puisque sans prévenir, elle accéléra le rythme, la vrille en l’air. En très peu de temps, la forêt avait engloutie les bêtes noires dans son incommensurable « estomac » et le silence revint. Comme lorsque l’on appuie sur le bouton « on » d’une radio, les oiseaux reprirent leur cantate. Je compris qu’ils se racontaient leurs petits malheurs, leurs aventures nocturnes ou l’intrusion d’un prédateur. Sur mon chemin je croisais une rivière qui récitait langoureusement en un poème toutes les aventures dont elle avait été témoin, tous ses voyages, l’obéissance envers son maître le courant qui lui promettait des lendemains plus doux, son espérance de voir un jour la mer et de transporter une créature marine. Les aulnes, les peupliers, les saules et tous les autres arbres bordant son lit, l’écoutaient avec attention, eux qui demeureront sur place pour l’éternité. Les vaguelettes à la surface de cette essence première de vie m’indiquaient de prendre aussi du bon temps, de sauter de pierre en pierre comme lorsque j’étais enfant. Mais je compris bientôt à mes dépends que ces frêles vaguelettes, à l’apparence innocentes, m’avaient tendues un piège. Ces petites vicieuses avaient rendues glissantes les pierres qui s’élevaient au dessus de sa surface, ces mêmes pierres que l’onde érodait depuis des milliers d’années. Les quatre fers en l’air, je pris contact avec l’élément liquide. M’étant relevé, une odeur pestilentielle parvenait à mon nez. Mon attention se porta immédiatement en direction d’un cadavre, du moins ce que les animaux aquatiques et terrestres avaient laissé. Il semblait que le courant avait emporté la carcasse puisqu’elle se trouvait au beau milieu de la rivière, retenue seulement par un rocher. Les essaims de mouches posés sur la charogne s’en allaient au fur et à mesure que les vaguelettes refluaient. Vite je m’extrayais péniblement de l’eau et m’enfuyais de cette odeur putride ! Heureusement, mon humide mésaventure était survenue en amont de ce lieu.



Le soleil était au zénith alors que je sortis de la forêt. J’avais parcouru plusieurs kilomètres, allant de surprise en surprise. La chaleur du soleil me brûlait, mais la beauté du paysage me retenait. Depuis un plateau rocailleux je surplombais une rivière qui provenait des montagnes devant moi. La rivière ne dormait pas paisiblement : d’abord jetée par la montagne en cascade, elle venait ensuite s’écraser en un roulement assourdissant sur des rochers pour être finalement évacuée en amont. Un arc-en-ciel produit par des nuées de gouttelettes, donnait à ce charmant endroit une touche féerique. Un peu plus en contrebas, je scrutais la surface de l’eau afin de tenter de prendre sur le fait un poisson venant goûter à l’air pur de ce magnifique ensemble.
Je me promenais toute l’après-midi durant. Je m’étais amusé à voir grimper aux arbres les écureuils et les pics. D’ailleurs je trouvais que ces derniers avaient à la fois une efficace et drôle de façon d’atteindre la cime des arbres. Je savais que la quête de nourriture était un combat de tous les jours. Par jeu, je les suivais, tournant d’une manière tout à fait ridicule je l’avoue, autour de l’arbre. Je regardais aussi avec délectation les passereaux virevolter de branche en branche, ne s’arrêtant uniquement que pour appeler un camarade ou signaler sa position. Les merles fouillaient inlassablement le sol à la recherche de vermisseaux qu’ils rapporteraient à ses insatiables oisillons. J’étais comblé : de toute part la vie jaillissait !
Mais toutes les choses ont une fin. Et, beaucoup trop tôt à mon goût, le soleil amorçait déjà son coucher. Effectivement puisqu’après avoir vu les feuilles estivales jaunir puis rougir, je quittais la forêt enchanteresse. J’effectuais un ultime arrêt dans une prairie embrasée, face au vieux soleil. Il prenait son temps avant de s’endormir comme s’il voulait se raccrocher à la vie, étendant désespérément ses longs bras fins à la manière de quelqu’un qui allait sombrer dans une mer obscure. L’air semblait restituer toute l’humidité qu’il avait progressivement empruntée au cours de la journée, rendant l’atmosphère plus paisible. Pourtant, la température ne descendait pas pour autant. Une odeur de chaume, d’herbes sèches et de fleurs embaumait l’air d’un parfum enivrant.
Quelques chevreuils, dont une chevrette et son faon qui près d'elle jouait insouciant, s’offrirent à ma vue. Plusieurs lièvres se présentèrent également devant moi. Je distinguais aussi un renard dont la robe chatoyante se confondait avec la lumière du soir. Ce dernier s’exerçait au saut en hauteur pour surprendre les souris, jouant à cache-cache avec lui.
Ce ne fut qu’après que le soleil ait totalement disparut dans les profondeurs de la douce nuit et que les rapaces nocturnes eurent commencé à se faire entendre, que je décidais qu’il était temps d’achever cette journée d’escapade.
Bastoun73
Bastoun73
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 10643
Age : 39
Localisation : Chamoux sur Gelon (savoie)
Date d'inscription : 06/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:37
sympas le texte !!! bravo !!!! Wink
chasseur chartreux
chasseur chartreux
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 4332
Age : 48
Localisation : chartreuse/drôme/gard
Date d'inscription : 14/05/2008

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:41
sympa ton texte le bonheur de la solitude imagine une musique de era derriere et tu y es
super

_________________
la montagne est ma maison, la seve mon sang, les sapins mes poumons et la chasse ma passion
Bastoun73
Bastoun73
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 10643
Age : 39
Localisation : Chamoux sur Gelon (savoie)
Date d'inscription : 06/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:44
chasseur chartreux a écrit:sympa ton texte le bonheur de la solitude imagine une musique de era derriere et tu y es
super
era ta chienne fait de la musique j avais pas vu çà !!!! scratch study Ballade en forêt Sort Ballade en forêt Chercher lol! lol! lol!

https://www.youtube.com/watch?v=kbVt60VX-Zs
chasseur chartreux
chasseur chartreux
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 4332
Age : 48
Localisation : chartreuse/drôme/gard
Date d'inscription : 14/05/2008

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:53
pile mon choix

_________________
la montagne est ma maison, la seve mon sang, les sapins mes poumons et la chasse ma passion
Bastoun73
Bastoun73
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 10643
Age : 39
Localisation : Chamoux sur Gelon (savoie)
Date d'inscription : 06/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 11:56
j ai lu en musique çà claque c est mieux !!!!!
Diana chasseresse
Diana chasseresse
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 209
Age : 31
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 01/04/2007
http://missmouf.blog4ever.com/blog/index-158409.html

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 12:46
Je suis contente que ça vous plaise !

Et puis merci pour cette touche musicale !
Bastoun73
Bastoun73
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 10643
Age : 39
Localisation : Chamoux sur Gelon (savoie)
Date d'inscription : 06/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 12:47
Diana chasseresse a écrit:Je suis contente que ça vous plaise !

Et puis merci pour cette touche musicale !
de rien !!!! Wink avec chartreux ont voulaient se mettre dans l ambiance et era c est vrai que çà vas bien +1 chartreux amicalement bast !!!
chasseur chartreux
chasseur chartreux
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 4332
Age : 48
Localisation : chartreuse/drôme/gard
Date d'inscription : 14/05/2008

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 12:52
+2

_________________
la montagne est ma maison, la seve mon sang, les sapins mes poumons et la chasse ma passion
gxa68
gxa68
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 18934
Age : 89
Localisation : GIRONDE (33)
Date d'inscription : 28/02/2006

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 13:45
Merci Diana,tu n'interviens pas souvent mais c'est toujours avec délicatesse et intelligence
Bravo!!!
avatar
arlatan 13
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 2530
Age : 50
Localisation : 13
Date d'inscription : 31/01/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 13:47
Bravo .

_________________
Ballade en forêt Ban11

A la chasse, a la pêche, dans la vie, j'aime tout le monde sauf les cons!
Dans le partage, il y a dialogue, courtoisie, convivialité et respect, en clair c'est çà la chasse .
chasseur chartreux
chasseur chartreux
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 4332
Age : 48
Localisation : chartreuse/drôme/gard
Date d'inscription : 14/05/2008

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 13:50
et nous????????????,

_________________
la montagne est ma maison, la seve mon sang, les sapins mes poumons et la chasse ma passion
Koba
Koba
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1390
Age : 59
Localisation : Aube
Date d'inscription : 11/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 14:14
Mais oui, vous aussi vous êtes délicats et intelligents... Mr. Green
Bastoun73
Bastoun73
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 10643
Age : 39
Localisation : Chamoux sur Gelon (savoie)
Date d'inscription : 06/03/2009

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 14:34
ou pour accompagner la lecture çà aussi !!!

https://www.youtube.com/watch?v=VABQwXTNEw4

_________________
la chasse aux sangliers et les montagnes une vraie passion , la convivialité un mode de vie !!!
chasseur chartreux
chasseur chartreux
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 4332
Age : 48
Localisation : chartreuse/drôme/gard
Date d'inscription : 14/05/2008

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 14:35
merci maitre

_________________
la montagne est ma maison, la seve mon sang, les sapins mes poumons et la chasse ma passion
Diana chasseresse
Diana chasseresse
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 209
Age : 31
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 01/04/2007
http://missmouf.blog4ever.com/blog/index-158409.html

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Sam 9 Mai 2009 - 21:38
Grand merci à tous !
Adrien
Adrien
Webmaster
Webmaster
Nombre de messages : 42663
Age : 35
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005
https://www.passionlachasse.com

Ballade en forêt Empty Re: Ballade en forêt

Dim 10 Mai 2009 - 17:41
Salut,

gxa68 a écrit:Merci Diana,tu n'interviens pas souvent mais c'est toujours avec délicatesse et intelligence
Bravo!!!

+1 ! Wink

@micalement,
Adrien
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum