Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Inscri10
Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Inscri10
Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Verney10

Partagez
Aller en bas
Winch86
Winch86
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 1131
Age : 63
Localisation : France/monde
Date d'inscription : 03/09/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Ven 4 Sep 2020 - 18:14
Voici le manifeste des éleveurs et bergers de la Roya que vient de me faire une amie journaliste, ex Médiapart en lutte permanente contre les escrolos et le mensonge vert...Un peu long mais à lire et partager.

Manifeste des éleveurs et bergers de La Roya

Nous, les éleveurs et bergers de La Roya et d'ailleurs, héritiers et passeurs des bergers chamanes qui jadis avaient gravé sur les rochers du Bégo les traces de leur vieille civilisation pastorale, nous appelons les citoyens et les populations de nos vallées et au delà, à résister à la colonisation des esprits par la nouvelle industrie du "ré-ensauvagement".
Ce courant de pensée d'inspiration anglo-saxonne, largement sponsorisé par les multinationales et autres GAFA à travers son produit phare, le loup, entend soumettre nos territoires ruraux aux exigences du marché mondialisé, afin d'en faire un terrain de jeu pour classes moyennes urbaines diplômées en perte de repères naturels.
La simple idée qu'il suffise de quelques clics de souris pour protéger la nature et sauver la planète en dit long sur l'état de rupture du lien au vivant de l'immense majorité de la population dans nos sociétés hyper urbanisées.
Et, par delà les siècles, nous entendons témoigner de l'actualité vivante du pastoralisme, de sa capacité de résilience et de son esprit de résistance.

Les processus d'identification émotionnels qui, chez les amis du loup comme chez tous les animalistes, déclenchent un réflexe d'empathie relèvent de la même ignorance des principes fondamentaux de l'écologie, en particulier des nombreux exemples de coopérations inter-espèces qui, dans le cours de l'évolution, ont permis leur perpétuation et dont la domestication de nos animaux d'élevage est un parfait exemple.

Outre le fait que leur compassion animaliste ne va guère plus loin que les quelques centaines d'espèces vertébrées sur lesquelles ils peuvent projeter leur angoisse existentielle, ils renient une autre loi fondamentale de l'écologie connue sous le nom de réseau trophique qui « est un ensemble de chaînes alimentaires reliées entre elles au sein d'un écosystème et par lesquelles l'énergie et la biomasse circulent ». Autrement dit, le cycle de la vie inclut forcément la mort et le vivant se nourrit du vivant tout au long de la chaîne alimentaire. L'espèce humaine, au sommet de celle-ci, a la responsabilité finale de cet équilibre, au risque de sa propre disparition. Autrement dit, tuer un loup est aussi naturel que tuer un agneau. Et les éleveurs sont bien les premiers à savoir que tuer un animal n'a rien d'anodin.
Pour continuer à se réclamer de l'écologie, tout en ayant ainsi trahi ses grands principes de base, il faut donc nécessairement reconstruire une narration.
C'est ainsi qu'en s'appuyant sur quelques grandes espèces emblématiques, le loup ou l'ours, est mis en scène le spectacle frauduleux d'une « nature sauvage » rendue enfin valorisable sur le marché mondial de l'éco-tourisme et des activités « outdoor ».
Cette narration est celle « d'un bel animal injustement diabolisé et persécuté par des bergers archaïques mus par la peur de la bête du Gévaudan » comme savent l'écrire sans complexe les amis du loup. Ce mépris assumé de la ruralité qui s'exprime sans filtre sur les réseaux sociaux et les médias depuis maintenant plus de deux décennies met régulièrement en scène un « sachant » (éco-technocrate, naturaliste ami du loup, chercheur, journaliste, activiste) qui, du haut de ses préjugés et dans une pseudo posture de dialogue, vient expliquer à un « apprenant » (le berger, le chasseur, le rural) comment il doit s'adapter au monde moderne, c'est à dire à la prédation, c'est à dire, in fine, aux conditions même de sa propre disparition.
Cette fiction autour de laquelle s'est construite la politique du loup en France est le fruit d'une imposture intellectuelle prétentieuse et cynique et ne peut en aucun cas se revendiquer de l'écologie, laquelle est « une science qui étudie les êtres vivants dans leur milieu en tenant compte de leurs interactions. Cet ensemble, qui contient les êtres vivants, leur milieu de vie et les relations qu'ils entretiennent, forme un écosystème ».
Et cet écosystème inclut l'éleveur, les élus locaux et les droits d'usage des populations locales. N'en déplaise aux belles âmes qui rêvent d'une « nature » enfin débarrassée de ses premiers usagers qu'il convient de réduire au silence afin de la soumettre entièrement à la gestion tatillonne des éco-technocrates du ministère de l'environnement, des éco-gardes des parcs nationaux, et aux diktats mercantilistes de tous les « escrologistes » de la galaxie pro-loup.
L'écologie réelle ne peut que s'appuyer sur l'intelligence collective prenant en compte tous les usages ancestraux et les savoir faire des populations concernées qui se sont construits lentement au fil des siècles sous la pression de l'environnement, et permettent encore aujourd'hui de faire de nos montagnes des milieux ouverts et vivants.
De ce point de vue là le pastoralisme qui, depuis des milliers d'années, a fait la preuve de son efficacité pour le maintien de la biodiversité sauvage et domestique est un modèle accompli de gestion écologique de nos milieux naturels, quoi qu'en disent ses détracteurs.

Encore plus que du loup, les bergers sont excédés des calomnies dont ils sont accablés dans la presse et sur les réseaux sociaux par tous ces promoteurs sectaires d'une nature sous cloche, éco-muséifiée, mais qui sont en réalité les véritables fossoyeurs de la montagne.
C'est pourquoi nous revendiquons et assumons totalement l'action qui, le 2 août au Cinéma de Tende, a mis fin à la tentative de projection d'un film panégyrique à la gloire du loup.
Le gouvernement, la direction des parcs nationaux, les amis du loup doivent savoir que nous réagirons sans violence, mais sans concessions non plus, à toute nouvelle provocation de cet ordre.
Et à ceux qui couinent à l'atteinte à la liberté d'expression, nous répondons qu'elle n'autorise ni le mensonge, ni la calomnie.

Le sauvage n'a définitivement pas sa place dans l'environnement domestique. C'est même ce qui l'en distingue radicalement. Il est d'importance vitale que la frontière entre les deux soit bien marquée. Toute incursion du loup sur le troupeau se fait dans un environnement humain, dont il devient dès lors dépendant pour sa subsistance. On ne peut donc plus parler d'animal sauvage, mais plutôt d'espèce dont le comportement de prédation s'est spécialisée sur la brebis dans un processus d'enhardissement et d'habituation qui a été encouragé par les mesures de protection renforcées dont bénéficie l'animal dans la réglementation française.
La France, pays naïf, a ainsi délibérément favorisé par sa législation la sélection d'un loup délinquant.
Il n'est pourtant pas très compliqué de comprendre que lorsqu'on met en compétition sur le même territoire, un prédateur et sa proie, et que de surcroît on prend des mesures de protection totale du prédateur, c'est la proie, donc la brebis, qui va disparaître.

Nous en appelons donc aux élus, à l'état, aux forces politiques de notre pays afin qu'ils prennent maintenant la mesure de leurs responsabilités et sortent enfin du double langage.
La récente crise sanitaire et la quasi rupture des chaînes d'approvisionnement alimentaires vers la fin des deux mois de confinement ont démontré la pertinence de maintenir un élevage pastoral et de proximité en vue de garantir la sécurité alimentaire de la population.
Nous exerçons un métier de passion que nous sommes prêts à partager, qui donne du sens à une carrière professionnelle, inspire de nombreuses vocations de jeunes ou moins jeunes venus s'installer en montagne, qui la font revivre à travers un tissu diversifié d'emplois productifs, permanents et non délocalisables.
Nous sommes fiers de nos produits d'excellence, viande, lait, fromages, issus d'animaux nourris en alpage et en plein air où le bien être animal est une réalité vécue au quotidien, et pas simplement la transcription bureaucratique et abstruse d'une directive européenne. Nos produits sont plébiscités sur tous les marchés, que ce soit en circuits longs ou circuits courts. Et à tous les stades de la filière, production, transformation ou commercialisation, ils requièrent des compétences et créent des chaînes de valeur.

La condition même pour le maintien d'une population de loups sauvages est précisément qu'il faut l'éliminer dès qu'il est en approche du troupeau, c'est à dire qu'il pénètre dans l'environnement humain.
Ce n'est pas simplement nos chèvres et brebis qu'il s'agit de protéger, mais aussi nos enfants, nos familles, nos amis, et au delà les populations de nos territoires.
L'irresponsabilité et l'incompétence des autorités publiques françaises sur ce dossier du loup entraîneront inévitablement, un jour ou l'autre, un drame humain. Et ce jour là, il n'y aura plus personne pour laver les mains de tous ces éco-tartuffes qui font aujourd'hui prospérer leur fond de commerce sur la détresse des éleveurs.

Seule une réponse létale à toute approche des troupeaux domestiques renverra le loup dans les espaces sauvages. Un loup sauvage est par définition celui qui a peur de l'homme.
Le régime de tir de défense dans l'environnement du troupeau, mobilisant éleveurs, brigade de louveterie, chasseurs, doit être étendu et systématisé sans condition ni plafond, seule solution pour éduquer les loups et leur réapprendre la crainte de l’homme et la conscience du risque s’ils s’approchent des animaux domestiques.
La France, tout comme récemment la Suisse est en train de le faire à travers une initiative parlementaire, doit s'engager dans la voie du déclassement du loup de son statut d'espèce strictement protégée.
Sortir du cadre réglementaire dérogatoire implique de renégocier l'annexe 2 (espèce strictement protégée) de la convention de Berne, pour la faire passer en annexe 3 (espèce protégée) et de même l'annexe 4 de la directive européenne habitat, pour la faire passer en annexe 5 (idem). Ceci permettra à notre pays de respecter ses engagements internationaux en faveur de la conservation de l'espèce canis lupus tout en menant une politique de régulation active du prédateur en fonction du niveau d'attaques sur les troupeaux. C'est déjà ce qu'a choisi la majorité des pays signataires de la convention de Berne qui conservent du loup sur leur territoire. C'est donc possible, d'autant plus que l'espèce n'est pas menacée de disparition, mais recolonise des territoires sur toute la planète.

Nous revendiquons un débat public et contradictoire sur tous les territoires où la présence du loup est avérée en y impliquant toutes les parties concernées (chasseurs, éleveurs, élus locaux, citoyens, acteurs et associations du monde rural). Seul un grand débat démocratique est en mesure de mettre fin aux errances de cet écologisme haineux, sectaire et punitif, qui prospère sur les plateaux télé et dans les médias.

Dans l'attente, et sans réponse crédible du gouvernement, nous appelons les éleveurs à la désobéissance civile. Nous soutiendrons et serons solidaires de tout éleveur qui élimine des loups et des meutes en situation d'attaque, comme nous l'avions fait en 2003 lors du procès de Johannes Poguntke, éleveur de La Roya qui, en état de nécessité, avait dû protéger son troupeau contre le prédateur.

Nous appelons les élus, les formations politiques et la population à réagir et à se réveiller de ce rêve mortifère dans lequel le pastoralisme ne serait plus que la variable d'ajustement d'une montagne toute entière vouée à l'éco-tourisme lupin, avec en contrepoint quelques troupeaux conservés aux fins de carte postale.
La crise sanitaire que nous venons de vivre a largement démontré l'état de pénurie et de dépendance dans laquelle les politiques successives de désindustrialisation ont mené notre pays depuis les années 80.
La mise en concurrence délibérée sur nos territoires ruraux et montagnards du pastoralisme avec la nouvelle économie émergente du « sauvage » relève du même aveuglement idéologique.
Dans une perspective de transition écologique l'élevage herbager et pastoral doit au contraire être considéré comme la clé de voûte d'une nouvelle politique de souveraineté alimentaire, basée sur un modèle d'agro-écologie bio et paysanne, celle qu'il incarne déjà depuis des millénaires


slugalex, vendéen, Domuz38, domdu79, Médocain, sim, ptilouis44 et aiment ce message

Nkvd
Nkvd
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1628
Age : 78
Localisation : 75012
Date d'inscription : 25/03/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Ven 4 Sep 2020 - 18:45
Pour avoir vécu avec une Tendasque je ne peux que confirmer. Chassant là-bas quelques années les rencontres ( à distance ) avec le loup étaient loin d'être rares dès avant 2000.
GR_06
GR_06
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 602
Age : 47
Localisation : 68
Date d'inscription : 18/02/2020

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Ven 4 Sep 2020 - 20:59
Très bon texte, sur la forme comme sur le fond.
arc04
arc04
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 686
Age : 46
Localisation : à la chasse ou à cheval
Date d'inscription : 13/04/2009

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Sam 5 Sep 2020 - 10:00
"La condition même pour le maintien d'une population de loups sauvages est précisément qu'il faut l'éliminer dès qu'il est en approche du troupeau, c'est à dire qu'il pénètre dans l'environnement humain.
Ce n'est pas simplement nos chèvres et brebis qu'il s'agit de protéger, mais aussi nos enfants, nos familles, nos amis, et au delà les populations de nos territoires."

Et par là le loup lui même en tant qu'espèce sauvage !

Moi aussi j'en ai marre d'être classé anti loup alors que je suis pour et que c'est justement la raison qui me fait tirer (trés mal) dessus !

C'est ce genre de pensée élaborée qu'un écolo primaire n'est pas fichu de comprendre, parce que toute la propagande animaliste ou verte est basée non sur l'avis des écologues mais sur la sensiblerie facile d'une masse connectée maintenue dans l'ignorance et l'approximation.

gxa68, vendéen et GERDEAU aiment ce message

culombu2A
culombu2A
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 5032
Age : 60
Localisation : corse
Date d'inscription : 22/02/2017

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Sam 5 Sep 2020 - 11:25
@arc04 a écrit:"La condition même pour le maintien d'une population de loups sauvages est précisément qu'il faut l'éliminer dès qu'il est en approche du troupeau, c'est à dire qu'il pénètre dans l'environnement humain.
Ce n'est pas simplement nos chèvres et brebis qu'il s'agit de protéger, mais aussi nos enfants, nos familles, nos amis, et au delà les populations de nos territoires."

Et par là le loup lui même en tant qu'espèce sauvage !

Moi aussi j'en ai marre d'être classé anti loup alors que je suis pour et que c'est justement la raison qui me fait tirer (trés mal) dessus !

C'est ce genre de pensée élaborée qu'un écolo primaire n'est pas fichu de comprendre, parce que toute la propagande animaliste ou verte est basée non sur l'avis des écologues mais sur la sensiblerie facile d'une masse connectée maintenue dans l'ignorance et l'approximation.

au profit d'ONG qui font leur beurre grâce au loup sur le dos des éleveurs!

_________________
"Et le soleil ouvrit ses cils d'or sur le chaos des mondes."

Aloysius Bertrand.
arc04
arc04
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 686
Age : 46
Localisation : à la chasse ou à cheval
Date d'inscription : 13/04/2009

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Sam 5 Sep 2020 - 15:31
Et oui, elles en vivent.

Il n'y a qu'à voir comment les pros de WS sur les chats errants ont été accueillis !
D'un côté la fondation BB se fait payer pour capturer les chats et les stériliser, de l'autre les piégeurs agréés qui les ont capturés gratos sont tenus de les relâcher.
Avec les mêmes pièges.

avatar
jearene
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 11
Age : 78
Localisation : Saint Genis
Date d'inscription : 31/10/2011

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 8:10
Comment se fait il que pendant 50 ans plus de loup en France Année1947-2000.Or en 2020 il y en a au moins 500,voir plus.Donc pendant ces 50 années la frontière italienne etait grande ouverte.....C'est difficile à comprendre la Réintroduction.....de ce predateur
patriceDT
patriceDT
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1447
Age : 59
Localisation : Vallée de l'Ubaye
Date d'inscription : 16/02/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 11:37
@jearene a écrit:Comment se fait il que pendant 50 ans plus de loup en France Année1947-2000.Or en 2020 il y en a au moins 500,voir plus.Donc pendant ces 50 années la frontière italienne etait grande ouverte.....C'est difficile à comprendre la Réintroduction.....de ce predateur

Il y a toujours eu des loups dans les alpes, mais très peu et bien cachés. Ils ne faisaient juste pas parler d'eux comme maintenant avec une population importante.

_________________
Toucher est une conséquence et non un but.
avatar
jearene
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 11
Age : 78
Localisation : Saint Genis
Date d'inscription : 31/10/2011

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Ils se cachaient ......

Jeu 24 Sep 2020 - 12:27
Permettez moi de ne pas souscrire à votre remarque.Ils se cachaient....dans les Alpes et ne s'autorisaient pas de conquerir d'autres territoires?pendqnt des dizaines d'années?ça ne tiend pas debout.Est ce que la main de l'homme y est pour quelque chose?La mobilité est facile en voiture....n'est ce pas
arc04
arc04
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 686
Age : 46
Localisation : à la chasse ou à cheval
Date d'inscription : 13/04/2009

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 13:10
@patriceDT a écrit:
@jearene a écrit:Comment se fait il que pendant 50 ans plus de loup en France Année1947-2000.Or en 2020 il y en a au moins 500,voir plus.Donc pendant ces 50 années la frontière italienne etait grande ouverte.....C'est difficile à comprendre la Réintroduction.....de ce predateur

Il y a toujours eu des loups dans les alpes, mais très peu et bien cachés. Ils ne faisaient juste pas parler d'eux comme maintenant avec une population importante.

Toujours, je ne sais pas mais depuis "l'extinction" il s'en observait régulièrement...pendus entre un groupe de chasseurs Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Wink
Mais pas que !
Et en effet ça ne faisait pas grand bruit, jusqu'à l'emballement général ...
patriceDT
patriceDT
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1447
Age : 59
Localisation : Vallée de l'Ubaye
Date d'inscription : 16/02/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 13:21
@jearene a écrit:Permettez moi de ne pas souscrire à votre remarque.Ils se cachaient....dans les Alpes et ne s'autorisaient pas de conquerir d'autres territoires?pendqnt des dizaines d'années?ça ne tiend pas debout.Est ce que la main de l'homme y est pour quelque chose?La mobilité est facile en voiture....n'est ce pas

https://bestiairedysengrin.monsite-orange.fr/page-56ff1ba4a250e.html


Ma mère me racontait que durant la guerre et juste après dans les années 50 quand elle allait garder le moutons, mon grand-père l'accompagnait (armé d'un vieux 12 jux qui ne tirait qu'avec un canon) suivant le lieu à cause des loups. En 1962, l'année de ma naissance, elle a entendu une nuit d'hiver les loups hurler à proximité de la ferme, et le lendemain matin, ils ont trouvé les traces dans la neige. Ma mère, est toujours vivante, et malgré ses 90 ans a encore toute sa tête si vous voulez son témoignage. Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Wink

_________________
Toucher est une conséquence et non un but.
FF82
FF82
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 988
Age : 70
Localisation : Tarn-et-Garonne 82000 MONTAUBAN
Date d'inscription : 26/01/2015

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 14:44
C'est effectivement très intéressant ; apparemment, il y avait déjà une meute.
patriceDT
patriceDT
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1447
Age : 59
Localisation : Vallée de l'Ubaye
Date d'inscription : 16/02/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Jeu 24 Sep 2020 - 15:02
En 2006, mon épouse est tombée tout à fait par hasard sur 2 loups à proximité du village un matin très tôt alors qu'il faisait encore nuit, juste à côté d'une ferme. Nous avions à l'époque un correspondant loup qui a été averti, est venu faire des constatations, et a eu comme remarque désobligeante: elle a du fumer la moquette.
En 2010, les premières attaques ont commencé sur les troupeaux. De 2006 à 2010, ce sont les populations de chamois qui en ont fait les frais. Le chamois quasiment disparu de notre commune, il fallait bien qu'ysengrin trouve une nouvelle source de nourriture. Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Triste Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Triste

_________________
Toucher est une conséquence et non un but.
Winch86
Winch86
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 1131
Age : 63
Localisation : France/monde
Date d'inscription : 03/09/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Ven 25 Sep 2020 - 10:06
Allez un peu de lecture pour comprendre les vrais enjeux. Faites suivre parlez en ce n'est pas que la glu le pb. Le vrai problème c'est l'aliénation de 90% de l'humanité et particulièrement l'occident au profit de quelques uns. Orwell et Huxley on y est. Les ONG et autres assoss sont les éclaireurs des dictateurs "démocratiques".

ENTRETIEN AVEC ALAIN LE SANN. Pêche : « Ne pas céder aux diktats au nom d’une urgence qui n’existe pas »

Ouest-France

Recueilli par Charles JOSSE

.Publié le 23/09/2020

Alain Le Sann est professeur d’histoire-géographie, co-président du Collectif Pêche et Développement à Lorient (Morbihan). Il s’est intéressé au fonctionnement des ONG telles que Sea Shepherd.

Vous avez étudié le fonctionnement des organisations non gouvernementales (ONG) qui agissent pour la défense de l’environnement, en particulier les ressources marines. Quelle appréciation avez-vous de Sea Shepherd dans le cas particulier des captures accidentelles de dauphins, son esprit, ses méthodes ?

Sea Shepherd met le doigt sur un problème qui n’est pas nouveau dont les pêcheurs sont conscients, mais cela ne menace pas la survie des centaines de milliers de dauphins et marsouins. Il n’y a donc pas d’urgence même s’il faut chercher des solutions pour réduire les captures, mais cela Sea Shepherd le refuse, car il ne faut pas empêcher les dauphins de se nourrir. Ils veulent en réalité la fin de toute pêche et préfèrent empêcher les humains de se nourrir au nom de l’antispécisme, fondement philosophique de Sea Shepherd : « les vers, les fourmis, les bactéries et les poissons sont plus importants que les êtres humains » (1).

Vous avez aussi pointé du doigt les financements de ces ONG. Que savez-vous de Sea Shepherd ?

Le financement de Sea Shepherd est basé sur les dons de riches milliardaires comme du grand public. Pour assurer cela, il faut choisir la défense d’espèces totémiques sympathiques en s’appuyant sur des images et des données spectaculaires, parfois vraies mais aussi fausses comme cette affirmation de Paul Watson (fondateur de Sea Shepherd) : « Depuis 1945, 90 % des êtres vivants des océans ont disparu » (2). La manipulation des médias est revendiquée et justifiée au nom « de la Terre et de tous ses enfants ».

Sea Shepherd, comme d’autres ONG, savent très bien utiliser les réseaux sociaux pour sensibiliser l’opinion publique à leur action. Les pêcheurs sont beaucoup moins aguerris à ces techniques. Ont-ils médiatiquement perdu d’avance à votre avis ?

Bien sûr, il est très difficile pour les pêcheurs de se défendre. La seule manière c’est de poursuivre les efforts pour limiter les prises accidentelles, dans le cadre d’un débat démocratique, sans céder aux diktats au nom d’une urgence qui n’existe pas. Mais, on l’a vu avec l’interdiction des filets dérivants, aucune réduction des captures accidentelles n’arrêtera leurs campagnes jusqu’à l’interdiction de la pêche. C’est aux médias, aux enseignants, d’analyser les objectifs réels de ce type d’ONG et de remettre en cause l’idéologie anti-humaniste qui anime Sea Shepherd.

(1) Paul Watson, dans son livre « Earthforce, manuel de l’éco-guerrier », éditions Actes Sud.

(2) Télérama, 9 août 2015.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/lorient-ne-pas-ceder-aux-diktats-au-nom-d-une-urgence-qui-n-existe-pas-6985386?fbclid=IwAR3EMFx6e53vEil6ZxrJ2sKWZbLNOFvFsbxEIUPU26DZ2qSKE9tuqeSU7Fo

Médocain et sim aiment ce message

Médocain
Médocain
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 2436
Age : 61
Localisation : Médoc, Gironde
Date d'inscription : 03/07/2015
http://www.lo-can.com

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Dim 27 Sep 2020 - 21:47
@patriceDT a écrit:
@jearene a écrit:Comment se fait il que pendant 50 ans plus de loup en France Année1947-2000.Or en 2020 il y en a au moins 500,voir plus.Donc pendant ces 50 années la frontière italienne etait grande ouverte.....C'est difficile à comprendre la Réintroduction.....de ce predateur

Il y a toujours eu des loups dans les alpes, mais très peu et bien cachés. Ils ne faisaient juste pas parler d'eux comme maintenant avec une population importante.

Bonsoir,
je relisais ce que tu as écrit, Patrice. Toujours des loups dans les Alpes, qui hurlent autour de ta ferme en 62...Présents mais méfiants et très discrets.
Et je pensais en même temps au retour miraculeux et parfaitement mis en scène (photos, etc...) de deux loups "italiens" dans le Mercantour, en Novembre 92, repérés pendant un comptage d'ongulés.

Là, je me dis que tout se tient. Le professeur Luigi Boitani spécialiste italien du loup, avait affirmé que les loups français ne pouvaient être venus seuls d'Italie car aucun noyau de colonisation n'existait entre les Abruzzes et la France. Le loup étend son aire de répartition par des individus immatures qui quittent les meutes et vont s'établir plus loin. Dans ce cas là, et comme des territoires favorables à l'implantation de loups avant la frontière française existent, il devrait y avoir eu des installations du canidé en Italie qui auraient alerté les habitants des Alpes du retour du prédateur.
Mais rien. Si ce n'est deux loups dans la neige.

Alors, je pense que, si j'avais volontairement lâché des loups dans le Mercantour, sachant qu'il n'allaient certainement pas être aussi discrets que les quelques indigènes qui connaissaient le territoire et ses hommes, j'aurais moi aussi crié au loup avant que d'autres le fassent à ma place, ou fassent disparaître les preuves.
Je pense donc que certains en France sont capables de nous donner le petit nom des premiers loups habilement médiatisés, leur pédigrée, l'élevage où ils sont nés et leur prix d'achat.
Peut-être faudrait-il demander à Bardot, de s'expliquer sur cela ? Ou à la Ministre de l'écologie de l'époque, Ségolène Royal pour ne pas la nommer.

Y'a des jours comme ça où je râle...

_________________
Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Banniy10

MICKEY 69/71 et vendéen aiment ce message

patriceDT
patriceDT
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1447
Age : 59
Localisation : Vallée de l'Ubaye
Date d'inscription : 16/02/2019

Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Empty Re: Ruralité, loup, civilisation, culture, combat

Lun 28 Sep 2020 - 8:26
@Médocain a écrit:
Bonsoir,
je relisais ce que tu as écrit, Patrice. Toujours des loups dans les Alpes, qui hurlent autour de ta ferme en 62...Présents mais méfiants et très discrets.
Et je pensais en même temps au retour miraculeux et parfaitement mis en scène (photos, etc...) de deux loups "italiens" dans le Mercantour, en Novembre 92, repérés pendant un comptage d'ongulés.


Y'a des jours comme ça où je râle...

Mais tu n'as pas tord. Il y a quelques années, j'ai discuté avec un vieux de mon village, qui suite à un accident assez grave c'est retrouvé dans un centre de rééducation fonctionnelle. Il a rencontré dans ce centre un autre vieux monsieur qui était pilote d'hélico, et ils ont parlé du loup. Ce monsieur lui a dit que dans les années 80/90, il avait été embauché pour transporter un couple de loup en hélico dans le parc du Mercantour. Ca confirme bien qu'il y a eu des lâchés aussi. Ruralité, loup, civilisation, culture, combat Wink

_________________
Toucher est une conséquence et non un but.

jearene aime ce message

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum