Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !

Partagez
Aller en bas
avatar
l'Ardennais
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1275
Age : 28
Localisation : Ardennes
Date d'inscription : 18/11/2006

Les honneurs

le Mar 12 Déc - 16:08
Salut à tous,

voilà, dans une des chasses ou je vais, tous les soirs il y a un rond qui est fait sur le compte rendu de la journée et il y est fait les honneurs au gibier avec les brisées le cor de chasse et tout le tralala

Je voudrait savoir ce que vous en pensez, car moi je trouve que c'est très bien: sa met de l'ambience et c'est un certain respect du gibier, non?

l'Ardennais
avatar
Daniel MASOUNAVE
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 121
Age : 51
Localisation : Pyrénées-atlantiques
Date d'inscription : 12/03/2006

Re: Les honneurs

le Mar 12 Déc - 18:35
Bonsoir,

C'est une pratique qui n'existe pas chez moi. C'est dommage, car quand on respecte le gibier de cette façon on le chasse forcément avec un minimum d'éthique.
avatar
bambi
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1386
Age : 33
Localisation : valence
Date d'inscription : 09/05/2005

Re: Les honneurs

le Mar 12 Déc - 18:40
Salut
chez nous cela se limite à la dernière bouchée
avatar
The King
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 9946
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/11/2005

...

le Mar 12 Déc - 18:44
Salut;

Celà fait parti des traditions chez moi.

Compte-rendu, aller chercher le gibier, l'amener au chalet; le déposer sur le flanc le moins meurtiri sur une brassée de branches de sapins, dernière brisée (Rameaux ou sapin selon le lieu<) ; et lui sonner les honneurs à la trompe.

Amicalement : Jm.

++
avatar
JP2
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 5828
Age : 70
Localisation : Haute-Saône ( 70 )
Date d'inscription : 30/10/2005

Re: Les honneurs

le Mar 12 Déc - 19:14
@The King a écrit:Salut;

Celà fait parti des traditions chez moi.

Compte-rendu, aller chercher le gibier, l'amener au chalet; le déposer sur le flanc le moins meurtiri sur une brassée de branches de sapins, dernière brisée (Rameaux ou sapin selon le lieu<) ; et lui sonner les honneurs à la trompe.

Amicalement : Jm.

++

Les animaux doivent reposer sur leur flanc Droit.

Revoir à ce sujet "Le Bruch" et "Tableau de chasse" dans le premier test:

http://www.passionlachasse.com/viewtopic.forum?t=751&postdays=0&postorder=asc&start=15

Amicalement, JP2
avatar
Aurelien
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1358
Age : 26
Localisation : Longuyon / Meurthe et Moselle
Date d'inscription : 06/10/2006
http://passionchasse54.skyrock.com

Re: Les honneurs

le Mar 12 Déc - 19:17
Salut
c'est une belle tradition mais quand il n'y a pas de sonneur chez moi, sa se limite a la derniere bouchée
Amitié Aurelien
avatar
Adrien
Webmaster
Webmaster
Nombre de messages : 41056
Age : 31
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005
http://www.passionlachasse.com

Re: Les honneurs

le Mar 12 Déc - 23:19
Salut,

Et bien chez moi pas de trompe... Sad

Déjà la dernière bouchée des fois c'est juste, enfin personnellement je le fais à chaque fois et il y a de plus en plus de monde qui le font également, peut-être une future tradition pour chez moi..... Question Rolling Eyes

Un petit lien supplémentaire où nous avons un peu parlé de cela Arrow

http://www.passionlachasse.com/viewtopic.forum?t=464

@micalement,
Adrien

_________________
avatar
Bruno
Bécasse
Bécasse
Nombre de messages : 188
Age : 61
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 08/11/2006

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 7:41
Bonjour,
J'ai déjà évoqué ce sujet en voyant le premier chamois d'un de nos jeunes internautes.
Je note que ces traditions sont toujours présentes dans l'Est de la France où la chasse du grand gibier est ancienne.
Dans les autres régions cette chasse est plus récente, consécutive à l'apparition en nombre du chevreuil et plus récemment à l'augmentation des populations de sangliers et de cerfs.
Pour ma part, je rends les honneurs (dernière bouchée, respect de l'animal), mais sans sonnerie (pas de sonneurs chez nous). J'essaie de transmettre cette tradition et quelques jeunes chasseurs s'y rallient.
Je pense que c'est à nous de perpétrer cette tradition qui va au-delà de la dernière bouchée. Elle commence par la connaissance du gibier, par le nom que l'on donne à l'animal (on ne chasse pas le cochon ou la bique, mais le sanglier, le brocard ou le chevreuil), par sa façon de se conduire à la chasse (la chasse n'est pas la guerre, c'est un acte mesuré qui obéit à certaines règles, à une éthique), à notre action envers la faune et la flore.
Par ailleurs, compte tenu de la qualité du site (merci à ceux qui l'ont créé), notre discours qui peut être lu par tout le monde doit être positif bien que sans tabous, respectueux des idées qui ne sont pas les notres (si nous voulons que l'on nous respecte, respectons les autres), doit donner des pistes à ceux qui s'y réfèrent.
J'arrête car sur ce thème, je vais faire chauffer mon clavier.
avatar
Veric
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 70
Age : 48
Localisation : HAUTE VIENNE
Date d'inscription : 27/11/2006

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 9:18
salut Bravo bruno
avatar
Le goupil
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 8532
Age : 42
Localisation : Dans ma Haute-Marne.... à Froncles
Date d'inscription : 01/06/2006

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 10:03
Dans certaines chasses où je pratique, les honneurs sont rendus avec branches de sapins, sonneurs....

Dans les autres, la tableau est présenté de façon plus simpliste, mais toujours avec le respect du gibier.
avatar
Veric
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 70
Age : 48
Localisation : HAUTE VIENNE
Date d'inscription : 27/11/2006

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 10:38
Salut
Chez moi les honneurs on ne connait pas beaucoup et cela et bien domage Confused
avatar
Adrien
Webmaster
Webmaster
Nombre de messages : 41056
Age : 31
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005
http://www.passionlachasse.com

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 10:44
Salut,


@Bruno a écrit:Bonjour,
J'ai déjà évoqué ce sujet en voyant le premier chamois d'un de nos jeunes internautes.
Je note que ces traditions sont toujours présentes dans l'Est de la France où la chasse du grand gibier est ancienne.
Dans les autres régions cette chasse est plus récente, consécutive à l'apparition en nombre du chevreuil et plus récemment à l'augmentation des populations de sangliers et de cerfs.
Pour ma part, je rends les honneurs (dernière bouchée, respect de l'animal), mais sans sonnerie (pas de sonneurs chez nous). J'essaie de transmettre cette tradition et quelques jeunes chasseurs s'y rallient.
Je pense que c'est à nous de perpétrer cette tradition qui va au-delà de la dernière bouchée. Elle commence par la connaissance du gibier, par le nom que l'on donne à l'animal (on ne chasse pas le cochon ou la bique, mais le sanglier, le brocard ou le chevreuil), par sa façon de se conduire à la chasse (la chasse n'est pas la guerre, c'est un acte mesuré qui obéit à certaines règles, à une éthique), à notre action envers la faune et la flore.
Par ailleurs, compte tenu de la qualité du site (merci à ceux qui l'ont créé), notre discours qui peut être lu par tout le monde doit être positif bien que sans tabous, respectueux des idées qui ne sont pas les notres (si nous voulons que l'on nous respecte, respectons les autres), doit donner des pistes à ceux qui s'y réfèrent.
J'arrête car sur ce thème, je vais faire chauffer mon clavier.

100 % d'accord avec toi... thumleft

@micalement,
Adrien

_________________
avatar
Aurelien
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1358
Age : 26
Localisation : Longuyon / Meurthe et Moselle
Date d'inscription : 06/10/2006
http://passionchasse54.skyrock.com

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 12:12
Salut
Oui tout a été dit Twisted Evil
merci Bruno Wink
Amitié Aurelien
avatar
JP2
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 5828
Age : 70
Localisation : Haute-Saône ( 70 )
Date d'inscription : 30/10/2005

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 13:37
Bonjour à tous,

Quant à moi, on peut reprendre mes posts sur ce forum, je ne parle des Grands Animaux qu'en les nommant par la Majuscule: Sanglier, Cerf, Chevreuil ...etc, c'est un plus dans ma manière d'apporter le respect dans l'écrit!

Amicalement, JP2
avatar
Adrien
Webmaster
Webmaster
Nombre de messages : 41056
Age : 31
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005
http://www.passionlachasse.com

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 13:44
Salut,

En effet, ce petit plus est très agréable. Wink

Je vais tâcher de m'y mettre également Twisted Evil

@micalement,
Adrien

_________________
avatar
Aurelien
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 1358
Age : 26
Localisation : Longuyon / Meurthe et Moselle
Date d'inscription : 06/10/2006
http://passionchasse54.skyrock.com

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 13:46
Salut
oui moi aussi Wink
Amitié Aurelien
avatar
IAS
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 619
Age : 65
Localisation : Alsace / Bas Rhin
Date d'inscription : 29/07/2005

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 16:37
Je vous fait part d'un post que j'ai rédigé ailleurs sur un autre forum.
On y parle de honneurs et de l'esprit de chasse en général comme il se pratique souvent en Alsace Moselle.
Si Adrien estime necessaire de le déplacer sur le forum, pas de problème.


Bonjour à tous

Avant de lire ce post un peu long, munissez vous des bonnes munitions mais bières alsaciennes, vins et sandwichs de préférence. Pour le vin je vous laisse le choix des armes (les régions).
On est prié de laisser ses vraies armes au râtelier.
Surtout celles du manque de courtoisie.
Lisons ce texte plutôt plusieurs fois, pour bien en saisir tous les aspects.

Je suis alsacien et mon ami Olivier aussi, nous vivons dans un pays de traditions et pas que celles qu’évoquent les cartes postales, mais aussi les traditions cynégétiques. Nos usages font très souvent l’objet de curiosités et questions.
Ce qui suit est tout simplement extrait d’une communication sur le sujet, d’une personne connue du monde de la chasse et de l’équipement de chasse.
Le texte est bien structuré et résume tout dans ce domaine. Dans de rares cas j’interviens pour donner quelques précisions, ne pouvant faire figurer de croquis sur le forum, j’utilise alors le texte en couleur bleue dans ces cas.

Certains d’entre vous peuvent être surpris de ce qui va suivre.
Il est vrai que certaines des coutumes sont typiquement germaniques. On est également prié de ne pas voir dans cet exposé le prétexte à un affrontement nord-est contre tous les autres chasseurs de l’hexagone.

Bonne lecture à tous ! Hop la !

« Il n’est point de vrai chasseur qui n’ait d’égard pour le gibier. Et c’est pour lui règle d’honneur, de l’aimer et le protéger. »

En dehors des magnifiques traditions de la vénerie française réservée à une minorité qui exerce son noble sport dans des conditions tout a fait particulières, il n’existe sur le territoire national français de tradition au sens propre du terme.
En fait la démocratisation de la chasse les a fait disparaître à partir de la révolution, exceptée toutefois celle de la fauconnerie qui revit de ces cendres et reste réservée à quelques très rares initiés.
Mais tandis qu’en France on commençait à tirer n’importe quoi et n’importe comment, et que souvent ceux qui commettaient le plus d’infractions étaient les plus admirés, s’instaurait en Europe un art cynégétique qui est maintenant considéré comme une culture importante. Les Alsaciens et les Lorrains doivent au hasard de leur histoire d’avoir étés initiés.
Cette culture et ces traditions sont devenues maintenant inséparables de l’exercice de la chasse et c’est parce que l’on constate souvent chez nos compatriotes et compagnons une méconnaissance partielle ou totale de ces coutumes que je crois nécessaire dans le cadre de cet article, d’en rappeler l’essentiel.

N’est pas « Waidmännisch » qui veut.

Il n’est pas suffisant pour être considéré comme « Waidmännisch » (respectueux de l’éthique de chasse d’appartenir à un club, une association, voire un ordre ou de s’habiller en vert et de porter son fusil à l’allemande.
Est «Waidmännisch » celui qui suit les traditions léguées par nos père et les respecte au même titre que les lois.
Est « Waidmännisch » encore, celui qui montre du cœur pour la nature et ses créatures et ne se laisse pas entraîner par une passion dévorante ou par l’excitation du tir, mais sait plutôt se dominer et renoncer quant il le faut, en respectant strictement son plan de tir. En fait la chasse ne doit jamais être pour le chasseur une distraction, mais l’exercice responsable de l’art de la chasse, et la culture du chasseur se révèle essentiellement par sa connaissance parfaite des traditions.
Ainsi le chasseur respectueux de celles-ci ne tirera jamais sur un lièvre au gîte, ni sur de jeunes pouillards. Il chassera le gibier à sabot uniquement à balles. Il ne tireras pas d’avantage sur un gibier trop distant et dans n’importe quelles conditions, évitant ainsi de blesser inutilement un être vivant.
Mais si par malheur cela devait arriver, il apportera des soins minutieux à la recherche du gibier blessé avec un chien spécialement dressé pour cette tache. Et si le gibier blessé a traversé sa frontière de chasse, il en fera aussitôt la déclaration à son voisin.
Le gibier abattu devra être vidé sur place, selon les règles de l’art, et par celui qui l’a tiré. Le chasseur qui n’a pas appris à vider correctement son gibier ne peut en aucun cas un chasseur respectueux des traditions, tout comme celui qui est incapable de s’abstenir de tirer sur sa frontière un cerf trop jeune sous prétexte que si il ne le faisait pas son voisin le ferait à sa place.Cet homme ne mérite aucune considération et ne peut prétendre être « Waidmännisch ».
De même, le chasseur devra se libérer de la tentation d’empiéter sur les chasses voisines et ne pas être jaloux des autres chasseurs qui seraient plus chanceux que lui.
Au contraire, il vivra en parfaite camaraderie de chasse avec ses compagnons et assistera aux réunions des assemblées de chasseurs et aux divers travaux que celles-ci seraient amenées à engager.

Les coutumes et leur langage.

Les coutumes de la chasse sont aussi anciennes que la chasse elle même.
La langue utilisée, les brisées, la bonne disposition du tableau de chasse, les signaux et l’art de vider correctement le gibier tué font tous partie intégrante de ces usages traditionnels.
Le vocabulaire de la chasse et une langue extrêmement imagée et explicite. C’est la « waidmannsprache », qui rapproche les chasseurs entre eux et fortifie leurs sentiments de solidarité. Celui qui oserait nier sa valeur se renierait lui-même ; la chasse et son langage sont, en fait, inséparables.

Les brisées « Bruch »

Ce sont des branchettes – cassées et non coupée – de certaines essences de bois qui ont des significations diverses, telles que la marque symbolique de la dernière bouchée du gibier. Elles peuvent aussi devenir des marques de distinction (honneur au tireur ou honneur au tableau de chasse). Elles servent encore à donner des informations précieuses pour indiquer par exemple l’endroit exact ou un animal a été blessé. Lors des réceptions officielles, comme la st Hubert ou l’enterrement d’un chasseur, la brisée est portée en tant qu’insigne distinctif et se place sur le coté gauche du chapeau. Lors de la mise en tombeau, les chasseurs tiennent les chapeaux avec la main droite pendant qu’ils saisissent la brisée de la main gauche, la portent sur le cœur et la jettent ensuite dans la tombe en dernier hommage. Le cor sonne alors le dernier hallali et a la fin de la chasse.
Pour les honneurs au gibier, on utilise les essences de bois suivante : chêne, hêtre, épicéa, pin, sapin, à l’exclusion de tout autre.
Seuls les gibiers à sabots, renards, marmottes, coqs de bruyère et coqs de bouleaux son honorés par la cérémonie du « Bruch ».La dernière bouchée n’est donnée qu’aux animaux mâles à sabots et au coqs de bruyère.
Une belle tradition consiste également à offrir au jeune chasseur qui a tiré son premier lièvre le bout de la queue à porter sur son chapeau, et à celui qui a abattu sin premier sanglier, à coté du « Bruch », les soies de l’animal.
La brisée destinée au tireur est trempée légèrement dans le sang de du gibier abattu et remise posée sur la lame du couteau à vider ou sur le chapeau de celui qui l’offre avec le salut « waidmannsheil ».
Le tireur prend alors la brisée de la main gauche, remercie avec l’expression « waidmanndank » la fixe sur le coté droit de son chapeau.
Lors des battues, c’est l’adjudicataire qui remet les brisées des tireurs. Lors de chasses solitaires, c’est le garde ou celui qui conduit la chasse.Mis si il s’agit de recherche au sang, la brisée est remise au tireur par le conducteur du chien. Le tireur ne doit pas oublier d’en séparer une partie qu’il offre à son tour au conducteur du chien : celui-ci fixe la brisée au collier de l’animal.
Pour cette très belle coutume, le conducteur du chien et le chien prennent part aux honneurs.
A noter aussi que la brisée est portée uniquement le jour ou la pièce a été abattue et que tout chasseur de grand gibier en battue ou en chasse en solitaire, doit vider la pièce lui-même sur place.Il est en règle que les choses se passent ainsi et ce serait manquer gravement aux traditions d’ignorer ce devoir.

Le tableau de chasse

La disposition du tableau de chasse est le dernier hommage rendu au gibier par les chasseurs. Le tableau clôture les chasses en groupe (battues), mais il peut également, à, titre exceptionnel figurer dans les chasses en solitaire. Le gibier doit être posé vidé et couché sur le coté droit dans l’ordre ci-dessous (je fais à présent figurer la disposition du tableau simplifié participants et gibier))
Pour le grand gibier

Chasseur, Adjudicataire cerf chevreuil sanglier renard sonneur
Chasseur biche chevrette laie traqueur
Chasseur faon chevrillard petit sanglier traqueur
conducteur
de chien


pour le petit gibier

chasseur, adjudicataire renard lievre faisan coq sonneur rabatteur
chasseur lapin poule rabatteur
chasseur
nota les rabatteurs ont les chiens en laisse
La brisée est posée sur l’épaule gauche de chaque gibier à sabot. La cassure est dirigée vers la tête pour les mâles, vers l’arrière pour les femelles. L’adjudicataire se tient avec les chasseurs face au gibier. Il est strictement interdit, voire particulièrement injurieux, avant ou après les honneurs d’enjamber l’une ou l’autre pièces étendues sur le sol. Les traqueurs, les sonneurs et conducteur de chien sont placés en face de l’adjudicataire et des chasseurs qui portent leur fusil sur l’épaule gauche.
Le directeur de chasse rend compte à voix haute des résultats du tableau de la journée de chasse à l’adjudicataire. Celui-ci remercie Saint Hubert ainsi que les tireurs et les traqueurs. Après son discours de clôture, l’adjudicataire remet le « bruch » à chacun des tireurs et fait rendre les honneurs par les sonneries : Mort du cerf, Mort du Sanglier, …selon les pièces au tableau. Pour les battues au petit gibier sont sonnés également : Mort du Lièvre, mort du Lapin et du gibier à plumes… toujours selon les résultats de la journée de chasse. Après le dernier signal sont sonnés Hallali et Fin de la Chasse. Le cor de chasse utilisé est le « fürst pless » et il se porte sur le coté droit, fixé à l’entrave. Parallèlement aux sonneries il en existe toute une série destinées au déroulement de la chasse en battue ; Bienvenue, la chasse est ouverte, appel, traqueurs dans le cercle, ne pas tirer, traquez doucement,traquez avec voix, traquez sans voix,rassemblement des chasseurs, rassemblement des traqueurs, au repas.
Revenons au tableau pour indiquer que durant sa présentation on allume un feu et on prévoit l’éclairage avec des flambeaux. Il est également dans les traditions de ne pas se disperser immédiatement en fin de chasse, mais au contraire de passer quelques heures à discuter avec les camarades de chasse. Celui qui ne participe pas à ces discussions sans présenter une excuse impérieuse sera soupçonné de n’avoir chasser que pour emporter un lièvre qu’il aura tiré. Un tel chasseur ne devra pas s’étonner de ne plus jamais recevoir d’invitation, car la chasse en société implique également le contact humain et le sentiment d’appartenir à un groupe.

Le Roi de la Chasse

Le « Roi de la Chasse » qui est le chasseur le plus chanceux de la journée, doit a nom des participants, remercier l’adjudicataire pour l’invitation dont ils ont bénéficié, tout en manifestant une attention particulière pour le directeur de chasse, le chef traqueur, les traqueurs et les conducteurs de chien. Il termine son allocution en demandant que soit adressé à l’adjudicataire, un triple horrido. Quelques remarques pour finir, pendant les réunions dans les restaurants, les tireurs sont désignés à l’assistance par une discrète branchette de sapin portée à l’œillet gauche de leur veste. Et il est de coutume de chanter ensemble les chansons de chasse traditionnelles.
Les toasts prononcés pour motif de chasse sont toujours portés de la main gauche. Pendant la chasse les chasseurs ne peuvent être qu’accompagnés de chien de pure race, parfaitement dressés et tenus en laisse. Les chiens trop jeunes ou non confirmés ne peuvent participer à la chasse.
Le jour de l’examen du permis de chasser, les candidats doivent être habillé d’un costume vert, avec chemise blanche,col blanc, chaussures noires, cravate noire.
Enfin la tenue de chasse doit être sobre et pratique d’une couleur adaptée à l’environnement, et le chapeau est obligatoire.
J’espère par ces quelques rappels avoir contribué à faire revivre l’essentiel de nos traditions et je remercie ceux qui respectent et pratiquent déjà ces commandements de continuer à diffuser cet enseignement sans lequel le plaisir profond que nous prenons à chasser ne saurait être complet.

Ce texte est de Monsieur Bernard IFFLI.
avatar
The King
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 9946
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/11/2005

...

le Mer 13 Déc - 18:47
Salut;

Très joli et vraiment passionnat ce texte, IAS ! Wink

Juste une petite faute...

On dit Lorrains-Alsaciens par chez moi ! ^^

Amicalement : Jm.

++
avatar
IAS
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 619
Age : 65
Localisation : Alsace / Bas Rhin
Date d'inscription : 29/07/2005

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 18:58
@The King a écrit:Salut;
Très joli et vraiment passionnat ce texte, IAS ! Wink
Juste une petite faute...
On dit Lorrains-Alsaciens par chez moi ! ^^
Amicalement : Jm.
++
Aucune faute mon cher compatriote d' Alsace Moselle.

Le terme Alsace-Lorraine est la traduction de l'allemand Elsass-Lothringen, également orthographié Elsaß-Lothringen (nom donné aux territoires cédés par la France en vertu du traité de Francfort, signé le 10 mai 1871.

Et cet terme est valable peut importe ou l'on demeure en France.
avatar
The King
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 9946
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/11/2005

...

le Mer 13 Déc - 19:00
Salut;

D'un point de vue correct c'est exact.

Mais l'histoire c'est un complot de l'2tat pour nous cacher la présence des extraterrestres, non ?

Bon, je m'éloigne du sujet; donc :



Mais encore bravo pour le texte que tu nous a donné sur les honneurs ! Wink

Amicalement : Jm.

++
avatar
Adrien
Webmaster
Webmaster
Nombre de messages : 41056
Age : 31
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005
http://www.passionlachasse.com

Re: Les honneurs

le Mer 13 Déc - 20:07
Salut,

En effet très beau texte, très passionnant, avec de très belles traditions !!!!! Wink

Merci ! Cool

@micalement,
Adrien

_________________
avatar
gxa68
Cerf
Cerf
Nombre de messages : 16643
Age : 85
Localisation : GIRONDE (33)
Date d'inscription : 28/02/2006

divers

le Mer 13 Déc - 21:14
Bonsoir,malheureusement trop rarement appliqué,souvent,après la dernière battue "au revoir et merci" et le tableau ressemble à une étal de Rungis et quand on sonnait les honneurs,on avait plutot l'impression de retarder qu'autre chose;mais il y avait des exceptions et là c'était vraiement formidable.
Amicalement
avatar
Bastien
Sanglier
Sanglier
Nombre de messages : 768
Localisation : 87
Date d'inscription : 28/11/2006

Re: Les honneurs

le Jeu 14 Déc - 13:03
c 'est pas mal comme homage au gibier
ofbiro
Perdreau
Perdreau
Nombre de messages : 19
Age : 75
Localisation : Italie Nord Est
Date d'inscription : 03/11/2014

HONNEURS

le Mer 5 Nov - 12:37
[quote="IAS"]Je vous fait part d'un post que j'ai rédigé ailleurs sur un autre forum.
On y parle de honneurs et de l'esprit de chasse en général comme il se pratique souvent en Alsace Moselle.
Si Adrien estime necessaire de le déplacer sur le forum, pas de problème.


Bonjour à tous

Avant de lire ce post un peu long, munissez vous des bonnes munitions  mais bières alsaciennes, vins et sandwichs de préférence. Pour le vin je vous laisse le choix des armes (les régions).
On est prié de laisser ses vraies armes au râtelier.
Surtout celles du manque de courtoisie.
Lisons ce texte plutôt plusieurs fois, pour bien en saisir tous les aspects.

Je suis alsacien et mon ami Olivier aussi, nous vivons dans un pays de traditions et pas que celles qu’évoquent les cartes postales, mais aussi les traditions cynégétiques. Nos usages font très souvent l’objet de curiosités et questions.
Ce qui suit est tout simplement extrait d’une communication sur le sujet, d’une personne connue du monde de la chasse et de l’équipement de chasse.
Le texte est bien structuré et résume tout dans ce domaine. Dans de rares cas j’interviens pour donner quelques précisions, ne pouvant faire figurer de croquis sur le forum, j’utilise alors le texte en couleur bleue dans ces cas.

Certains d’entre vous peuvent être surpris de ce qui va suivre.
Il est vrai que certaines des coutumes sont typiquement germaniques. On est également prié de ne pas voir dans cet exposé le prétexte à un affrontement nord-est contre tous les autres chasseurs de l’hexagone.

Bonne lecture à tous ! Hop la !

« Il n’est point de vrai chasseur qui n’ait d’égard pour le gibier. Et c’est pour lui règle d’honneur, de l’aimer et le protéger. »

En dehors des magnifiques traditions de la vénerie française réservée à une minorité qui exerce son noble sport dans des conditions tout a fait particulières, il n’existe sur le territoire national français de tradition au sens propre du terme.
En fait la démocratisation de la chasse les a fait disparaître à partir de la révolution, exceptée toutefois celle de la fauconnerie qui revit de ces cendres et reste réservée à quelques très rares initiés.
Mais tandis qu’en France on commençait à tirer n’importe quoi et n’importe comment, et que souvent ceux qui commettaient le plus d’infractions étaient les plus admirés, s’instaurait en Europe un art cynégétique qui est maintenant considéré comme une culture importante. Les Alsaciens et les Lorrains doivent au hasard de leur histoire d’avoir étés initiés.
Cette culture et ces traditions sont devenues maintenant inséparables de l’exercice de la chasse et c’est parce que l’on constate souvent chez nos compatriotes et compagnons une méconnaissance partielle ou totale de ces coutumes que je crois nécessaire dans le cadre de cet article, d’en rappeler l’essentiel.

N’est pas « Waidmännisch » qui veut.

Il n’est pas suffisant pour être considéré comme « Waidmännisch » (respectueux de l’éthique de chasse d’appartenir à un club, une association, voire un ordre ou de s’habiller en vert et de porter son fusil à l’allemande.
Est «Waidmännisch » celui qui suit les traditions léguées par nos père et les respecte au même titre que les lois.
Est « Waidmännisch » encore, celui qui montre du cœur pour la nature et ses créatures et ne se laisse pas entraîner par une passion dévorante ou par l’excitation du tir, mais sait plutôt se dominer et renoncer quant il le faut, en respectant strictement son plan de tir. En fait la chasse ne doit jamais être pour le chasseur une distraction, mais l’exercice responsable de l’art de la chasse, et la culture du chasseur se révèle essentiellement par sa connaissance parfaite des traditions.
Ainsi le chasseur respectueux de celles-ci ne tirera jamais sur un lièvre au gîte, ni sur de jeunes pouillards. Il chassera le gibier à sabot uniquement à balles. Il ne tireras pas d’avantage sur un gibier trop distant et dans n’importe quelles conditions, évitant ainsi de blesser inutilement un être vivant.
Mais si par malheur cela devait arriver, il apportera des soins minutieux à la recherche du gibier blessé avec un chien spécialement dressé pour cette tache. Et si le gibier blessé a traversé sa frontière de chasse, il en fera aussitôt la déclaration à son voisin.
Le gibier abattu devra être vidé sur place, selon les règles de l’art, et par celui qui l’a tiré. Le chasseur qui n’a pas appris à vider correctement son gibier ne peut en aucun cas un chasseur respectueux des traditions, tout comme celui qui est incapable de s’abstenir de tirer sur sa frontière un cerf trop jeune sous prétexte que si il ne le faisait pas son voisin le ferait à sa place.Cet homme ne mérite aucune considération et ne peut prétendre être « Waidmännisch ».
De même, le chasseur devra se libérer de la tentation d’empiéter sur les chasses voisines et ne pas être jaloux des autres chasseurs qui seraient plus chanceux que lui.
Au contraire, il vivra en parfaite camaraderie de chasse avec ses compagnons et assistera aux réunions des assemblées de chasseurs et aux divers travaux que celles-ci seraient amenées à engager.

Les coutumes et leur langage.

Les coutumes de la chasse sont aussi anciennes que la chasse elle même.
La langue utilisée, les brisées, la bonne disposition du tableau de chasse, les signaux et l’art de vider correctement le gibier tué font tous partie intégrante de ces usages traditionnels.
Le vocabulaire de la chasse et une langue extrêmement imagée et explicite. C’est la « waidmannsprache », qui rapproche les chasseurs entre eux et fortifie leurs sentiments de solidarité. Celui qui oserait nier sa valeur se renierait lui-même ; la chasse et son langage sont, en fait, inséparables.

Les brisées « Bruch »

Ce sont des branchettes – cassées et non coupée – de certaines essences de bois qui ont des significations diverses, telles que la marque symbolique de la dernière bouchée du gibier. Elles peuvent aussi devenir des marques de distinction (honneur au tireur ou honneur au tableau de chasse). Elles servent encore à donner des informations précieuses pour indiquer par exemple l’endroit exact ou un animal a été blessé. Lors des réceptions officielles, comme la st Hubert ou l’enterrement d’un chasseur, la brisée est portée en tant qu’insigne distinctif et se place sur le coté gauche du chapeau. Lors de la mise en tombeau, les chasseurs tiennent les chapeaux avec la main droite pendant qu’ils saisissent la brisée de la main gauche, la portent sur le cœur et la jettent ensuite dans la tombe en dernier hommage. Le cor sonne alors le dernier hallali et a la fin de la chasse.
Pour les honneurs au gibier, on utilise les essences de bois suivante : chêne, hêtre, épicéa, pin, sapin, à l’exclusion de tout autre.
Seuls les gibiers à sabots, renards, marmottes, coqs de bruyère et coqs de bouleaux son honorés par la cérémonie du « Bruch ».La dernière bouchée n’est donnée qu’aux animaux mâles à sabots et au coqs de bruyère.
Une belle tradition consiste également à offrir au jeune chasseur qui a tiré son premier lièvre le bout de la queue à porter sur son chapeau, et à celui qui a abattu sin premier sanglier, à coté du « Bruch », les soies de l’animal.
La brisée destinée au tireur est trempée légèrement dans le sang de du gibier abattu et remise posée sur la lame du couteau à vider ou sur le chapeau de celui qui l’offre avec le salut « waidmannsheil ».
Le tireur prend alors la brisée de la main gauche, remercie avec l’expression « waidmanndank » la fixe sur le coté droit de son chapeau.
Lors des battues, c’est l’adjudicataire qui remet les brisées des tireurs. Lors de chasses solitaires, c’est le garde ou celui qui conduit la chasse.Mis si il s’agit de recherche au sang, la brisée est remise au tireur par le conducteur du chien. Le tireur ne doit pas oublier d’en séparer une partie qu’il offre à son tour au conducteur du chien : celui-ci fixe la brisée au collier de l’animal.
Pour cette très belle coutume, le conducteur du chien et le chien prennent part aux honneurs.
A noter aussi que la brisée est portée uniquement le jour ou la pièce a été abattue et que tout chasseur de grand gibier en battue ou en chasse en solitaire, doit vider la pièce lui-même sur place.Il est en règle que les choses se passent ainsi et ce serait manquer gravement aux traditions d’ignorer ce devoir.

Le tableau de chasse

La disposition du tableau de chasse est le dernier hommage rendu au gibier par les chasseurs. Le tableau clôture les chasses en groupe (battues), mais il peut également, à, titre exceptionnel figurer dans les chasses en solitaire. Le gibier doit être posé vidé et couché sur le coté droit dans l’ordre ci-dessous (je fais à présent figurer la disposition du tableau simplifié participants et gibier))
Pour le grand gibier

Chasseur, Adjudicataire cerf chevreuil sanglier renard sonneur
Chasseur biche chevrette laie traqueur
Chasseur faon chevrillard petit sanglier traqueur
conducteur
de chien


pour le petit gibier

chasseur, adjudicataire renard lievre faisan coq sonneur rabatteur
chasseur lapin poule rabatteur
chasseur
nota les rabatteurs ont les chiens en laisse
La brisée est posée sur l’épaule gauche de chaque gibier à sabot. La cassure est dirigée vers la tête pour les mâles, vers l’arrière pour les femelles. L’adjudicataire se tient avec les chasseurs face au gibier. Il est strictement interdit, voire particulièrement injurieux, avant ou après les honneurs d’enjamber l’une ou l’autre pièces étendues sur le sol. Les traqueurs, les sonneurs et conducteur de chien sont placés en face de l’adjudicataire et des chasseurs qui portent leur fusil sur l’épaule gauche.
Le directeur de chasse rend compte à voix haute des résultats du tableau de la journée de chasse à l’adjudicataire. Celui-ci remercie Saint Hubert ainsi que les tireurs et les traqueurs. Après son discours de clôture, l’adjudicataire remet le « bruch » à chacun des tireurs et fait rendre les honneurs par les sonneries : Mort du cerf, Mort du Sanglier, …selon les pièces au tableau. Pour les battues au petit gibier sont sonnés également : Mort du Lièvre, mort du Lapin et du gibier à plumes… toujours selon les résultats de la journée de chasse. Après le dernier signal sont sonnés Hallali et Fin de la Chasse. Le cor de chasse utilisé est le « fürst pless » et il se porte sur le coté droit, fixé à l’entrave. Parallèlement aux sonneries il en existe toute une série destinées au déroulement de la chasse en battue ; Bienvenue, la chasse est ouverte, appel, traqueurs dans le cercle, ne pas tirer, traquez doucement,traquez avec voix, traquez sans voix,rassemblement des chasseurs, rassemblement des traqueurs, au repas.
Revenons au tableau pour indiquer que durant sa présentation on allume un feu et on prévoit l’éclairage avec des flambeaux. Il est également dans les traditions de ne pas se disperser immédiatement en fin de chasse, mais au contraire de passer quelques heures à discuter avec les camarades de chasse. Celui qui ne participe pas à ces discussions sans présenter une excuse impérieuse sera soupçonné de n’avoir chasser que pour emporter un lièvre qu’il aura tiré. Un tel chasseur ne devra pas s’étonner de ne plus jamais recevoir d’invitation, car la chasse en société implique également le contact humain et le sentiment d’appartenir à un groupe.

[color=green]Le Roi de la Chasse[/color]

Le « Roi de la Chasse » qui est le chasseur le plus chanceux de la journée, doit a nom des participants, remercier l’adjudicataire pour l’invitation dont ils ont bénéficié, tout en manifestant une attention particulière pour le directeur de chasse, le chef traqueur, les traqueurs et les conducteurs de chien. Il termine son allocution en demandant que soit adressé à l’adjudicataire, un triple horrido. Quelques remarques pour finir, pendant les réunions dans les restaurants, les tireurs sont désignés à l’assistance par une discrète branchette de sapin portée à l’œillet gauche de leur veste. Et il est de coutume de chanter ensemble les chansons de chasse traditionnelles.
Les toasts prononcés pour motif de chasse sont toujours portés de la main gauche. Pendant la chasse les chasseurs ne peuvent être qu’accompagnés de chien de pure race, parfaitement dressés et tenus en laisse. Les chiens trop jeunes ou non confirmés ne peuvent participer à la chasse.
Le jour de l’examen du permis de chasser, les candidats doivent être habillé d’un costume vert, avec chemise blanche,col blanc, chaussures noires, cravate noire.
Enfin la tenue de chasse doit être sobre et pratique d’une couleur adaptée à l’environnement, et le chapeau est obligatoire.
J’espère par ces quelques rappels avoir contribué à faire revivre l’essentiel de nos traditions et je remercie ceux qui respectent et pratiquent déjà ces commandements de continuer à diffuser cet enseignement sans lequel le plaisir profond que nous prenons à chasser ne saurait être complet.

[b]Ce texte est de Monsieur Bernard IFFLI.[/b][/quote]

J’ai lu avec intérêt tes (étant plus âgé je me permet le « tu ») notes sur les honneurs. Ici en Haut Adige (Südtirol en allemand) les coutumes sont presque le mêmes, avec quelques différences:
1. Le Bruch est porté par le tireur sur la coté droite du chapeau. Le guide et le conducteur d’éventuel chien de rouge le portent sur la gauche. La coté droite est la coté du Bruch d’amitié, qui est facultative lors de réunion amicale (bal, diner des chasseurs etc.) mais obligatoire lors des obsèques d’un chasseur (voir 2).
2. Le Bruch de deuil (seulement sapin) est porté sur la gauche, mais renversé (coté clair à l’extérieur). Il semble que ça symbolise la vue que le chasseur mort aurait de l’arbre, vu de dessous.
3. Si le tireur n’a pas de chapeau lors de les honneurs lui est permis de prendre le Bruch sur la lame de son couteau.
Mais au-delà de ces moindres différences, je me demande quelle est la tradition française à ce sujet. Dans le reste de la France les honneurs sont-ils rendus ou non. En Italie on a copié tel quel le cérémoniel allemands, emporté par les italiens qui ont chassé dans l’Europe de l’Est, mais pour beaucoup de chasseurs du Nord-Ouest, du Centre et du Sud il s’agit tout simplement de «germanophilie».
Est qu’il y un équivalant français de « Weidmannsheil » ? En Italie on souhait « In bocca al lupo » avant la chasse ou de toute action qui comporte de la chance (même avant les examens), comme en francais on souhait « Bon courage ». « In bocca al lupo » (Dans la bouche du loup) est une malédiction débonnaire, tel que « Hals und bein bruch » en allemand.
J’ignore les traditions espagnoles et scandinave. Je sais que les britannique, soit anglais soit écossais, bien qu’ils soient des chasseurs très correct et sportifs n’ont aucune idée des honneurs et le guide se limite à frapper ton épaule en disant «Well done!»
Heureux de connaitre tes idées à ce sujet, je t’envoi mes meilleures salutations.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum