Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !



La chasse étant notre passion commune,
Ce forum est un lieu d'échange et de discussion dans la convivialité et le respect mutuel !
 
SiteForumAccueilPortailFAQS'enregistrerRechercherConnexion
Partagez | 
 

 Sanglier à 3 pattes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
eric 67
Palombe
Palombe


Nombre de messages : 331
Age : 35
Localisation : ohlungen (67)
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 8:49

bravo et merci !
Revenir en haut Aller en bas
Adrien
Webmaster
Webmaster


Nombre de messages : 39013
Age : 29
Localisation : Haute Loire (43)
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 9:58

Respect Franz !

_________________
Il n'est point de vrais chasseurs qui n'aient d'égards pour le gibier et c'est pour lui règle d'honneur, de l'aimer, le respecter, le protéger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionlachasse.com
Arnauld
Palombe
Palombe


Nombre de messages : 476
Localisation : Nice
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 11:21

Franz a écrit:
Je me souviens aussi de faons tellement petits que j'avais envie d'aller leur aider à suivre leur mère, tant l'herbe était haute et infranchissable pour eux, mais arrivé à l'automne puis à l'hiver, ils étaient toujours là, chétifs, malingres, à éliminer dans le cadre d'un plan de gestion qualitatif. Et là, fidèle à mes principes, après les avoir protégés, je les prélevais d'un bon tir, à l'affût, propre et sans ambiguïtés. Tout rentrait dans l'ordre !

je ne saisis pas le sens de ce paradoxe.
Quel est l'intérêt de soutenir avec acharnement un animal que l'on va tirer dès que la chasse est ouverte.

L'agrainage, bien que ce soit parfois un outil, est souvent décrié.
Et là il faudrait nourrir, protéger, soigner le plus faible contre la Nature.

Cela s'appelle la sélection naturelle !
autre prédateur, les chiens, difficultés alimentaire, c'est la loi de la nature.
Je ne saisis pas, pour du gibier, animal sauvage, de lutter contre cela pour ensuite le tirer.

J'imagine mal les cameramen du National Geographique tirer sur des lionnes qui vont bouffer un zèbre, un gnou, un buffle.
Même si la victime est un jeune ou une femelle gestante, allaitante ...c'est la vie sauvage.

La contre-partie de la domestication, c'est le soin, l'alimentation et l'abattage dans des conditions "éthiques" (définies par la loi).
La vie sauvage, quintessence de la liberté a aussi sa contre-partie !

C'est cette sélection naturelle qui fait que nous avons du gibier réellement sauvage et vigoureux.
Et que même blessé, doté d'un moignon, ils sont encore capable de courir comme des lapins et de grimper les rochers comme des cabris.
Revenir en haut Aller en bas
gxa68
Cerf
Cerf


Nombre de messages : 15016
Age : 84
Localisation : GIRONDE (33)
Date d'inscription : 28/02/2006

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 13:04

En dehors de toute question chasse ou gestion il il y a quelque chose que l'on appelle le feeling et parfois,en raison de sensibilité différente,il y a des nuances qui échappent.
Revenir en haut Aller en bas
Arnauld
Palombe
Palombe


Nombre de messages : 476
Localisation : Nice
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 13:35

Effectivement, le choix des mots à son importance.

Ce que les écolos appellent de l'empathie et de la considération pour la souffrance animale, le monde de la chasse le qualifie de sensiblerie excessive.

C'est comme l'éthique, elle est toujours différente suivant les individus les moeurs les pratiques locales.
Revenir en haut Aller en bas
forus
Cerf
Cerf


Nombre de messages : 5442
Age : 31
Localisation : Jura
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 14:03

Franz a écrit:
J'en ai vu des animaux avec des vieilles blessures de guerre, certains m'attendaient quand avec mon vieux 4x4, je leurs portais la manne quotidienne.
...
On peut me dire ce que l'on veut, pour connaître les animaux, il faut vivre avec eux, tous les jours, de leur naissance à leur fin, ... ce n'est pas en leur courant après avec une meute de chiens, que l'on apprend à les aimer à les étudier ... Découvrir leurs ruses peut être, mais est ce là, la réelle connaissance de notre gibier ?

Pour finir sur une remarque pleine d'humilité comme ça, c'est vraiment à l'honneur de son auteur...

Bref, quel est l'intérêt, ailleurs que dans un élevage, de nourrir des animaux trop faible pour survivre naturellement sans apport d'alimentation humaine ???
Bien sur après ce maintiens au respirateur artificiel, le modèle outre Rhin peu, en toute modestie, vanter la sélection par la chirurgie balistique.
Mais bien évidemment, c'est comme cela qu'on l'aime et que l'on apprends réellement à connaître notre gibier -res propria- !

Maintenant, dans le cas d'animaux sauvages, je n'ai de part ma très faible expérience vu que des animaux blessés guérir miraculeusement et surtout vivant sans distinction d'allure et de train avec leur congénère.
Et lors des différents travaux forestier hors saison de chasse, j'ai vu une fois un faon de chevreuil qui boitait suite a un accident (prédation loupée ??? piège ???) mais certainement pas de naissance et il n'a pas survécu et c'est tant mieux. C'est ce que l'on appelle la sélection naturelle, faite toute seule comme une grande par dame nature, et visiblement bien plus efficace que celle prodiguée par quelques grammes de plombs chemisés !
Comprendre cela, c'est aussi ça, vivre avec eux !

Une malformation de naissance, qui n'en a jamais vu parmi nous ? autant en élevage classique, en animaux sauvage et aussi malheureusement chez les humains ?
Un handicap est donné à la naissance. en fonction de ce handicap, la mère va écarter le "vilain petit canard boiteux" et le laisser mourir. Je l'ai déjà vu faire chez des chiens alors ceci doit se faire aussi en nature !
Ce qui expliquerai la rareté de ce cas ce qui en fait un post vraiment très intéressant.

(PS : j'avais préparé ce post avant midi mais j'avais oublié de cliquer sur "envoyer" donc je reprends un peu ce qu'a dit Arnaud...)
Revenir en haut Aller en bas
eric 67
Palombe
Palombe


Nombre de messages : 331
Age : 35
Localisation : ohlungen (67)
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 14:13

[quote="forus"
Un handicap est donné à la naissance. en fonction de ce handicap, la mère va écarter le "vilain petit canard boiteux" et le laisser mourir. Je l'ai déjà vu faire chez des chiens alors ceci doit se faire aussi en nature !
Ce qui expliquerai la rareté de ce cas ce qui en fait un post vraiment très intéressant.
[/quote]

je ne l'ai jamais vue sur un gibier dans la nature , mais il est vrais que lorsqu’une chienne mets bas elle écarte de suite les chiots qu'elle ne désire pas car elle détecte qu'il sont sujet a faiblesse .

ma propre expérience !!!
Revenir en haut Aller en bas
Arnauld
Palombe
Palombe


Nombre de messages : 476
Localisation : Nice
Date d'inscription : 29/10/2009

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 14:14

@forus a écrit:

Un handicap est donné à la naissance. en fonction de ce handicap, la mère va écarter le "vilain petit canard boiteux" et le laisser mourir. Je l'ai déjà vu faire chez des chiens alors ceci doit se faire aussi en nature !

Tout à fait,
c'est déjà puissant pour les espèces domestiques, alors pour les sauvages

Chez les poly-ovulantes, les mères n'hésitent pas à sacrifier ou délaisser un jeune au profit des autres.
Et en dernier recours, la mère abandonne le jeune blessé, capturé, ou tout simplement incapable de suivre.

Chez les nidifuges, la capacité à suivre est vraiment déterminante.
Le maternage est nettement moins prépondérant que chez les nidicoles ...par définition
Revenir en haut Aller en bas
Triboulet
Cerf
Cerf


Nombre de messages : 3229
Age : 56
Localisation : 57
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: Sanglier à 3 pattes Ven 15 Fév 2013 - 15:34

@Arnauld a écrit:
Franz a écrit:
Je me souviens aussi de faons tellement petits que j'avais envie d'aller leur aider à suivre leur mère, tant l'herbe était haute et infranchissable pour eux, mais arrivé à l'automne puis à l'hiver, ils étaient toujours là, chétifs, malingres, à éliminer dans le cadre d'un plan de gestion qualitatif. Et là, fidèle à mes principes, après les avoir protégés, je les prélevais d'un bon tir, à l'affût, propre et sans ambiguïtés. Tout rentrait dans l'ordre !

je ne saisis pas le sens de ce paradoxe.
Quel est l'intérêt de soutenir avec acharnement un animal que l'on va tirer dès que la chasse est ouverte.

L'agrainage, bien que ce soit parfois un outil, est souvent décrié.
Et là il faudrait nourrir, protéger, soigner le plus faible contre la Nature.

Cela s'appelle la sélection naturelle !
autre prédateur, les chiens, difficultés alimentaire, c'est la loi de la nature.
Je ne saisis pas, pour du gibier, animal sauvage, de lutter contre cela pour ensuite le tirer.

J'imagine mal les cameramen du National Geographique tirer sur des lionnes qui vont bouffer un zèbre, un gnou, un buffle.
Même si la victime est un jeune ou une femelle gestante, allaitante ...c'est la vie sauvage.

La contre-partie de la domestication, c'est le soin, l'alimentation et l'abattage dans des conditions "éthiques" (définies par la loi).
La vie sauvage, quintessence de la liberté a aussi sa contre-partie !

C'est cette sélection naturelle qui fait que nous avons du gibier réellement sauvage et vigoureux.
Et que même blessé, doté d'un moignon, ils sont encore capable de courir comme des lapins et de grimper les rochers comme des cabris.


Je trouve, que votre incompréhension et votre non sens de la chasse moderne, n’ont d’égal que votre verve.
Si l’esprit de la chasse antique et barbare rejoint complètement votre façon de voir les choses cynégétiques, la chasse moderne ne supporte plus ces agissements d’un autre temps que vous mettez en avant.
Si dans le vocabulaire allemand le mot Jäger veut bien dire chasseur, il est un mot plus porteur de noblesse pour désigner le chasseur, c’est le mot Waidmann, mot signifiant également chasseur, mais dans le sens chasseur protecteur…
Dans un de mes livres « Die Jägerprüfung » la préparation à l’examen pour devenir Chasseur, on parle de gestion, tout ce que le chasseur doit faire pour soigner, protéger et maintenir la population de gibier sur son territoire, maintenir voulant dire tenir la population a un niveau acceptable aussi bien vers le bas que vers le haut, il n’est pas question de faire de l’élevage d’animaux sauvages. En revanche, il est expressément demandé à tout gestionnaire de territoire de faire en sorte que son cheptel sauvage, ait les meilleures conditions de vie possible. Et de ce fait de remédier à la tendance que pourraient avoir les animaux d’une population saine et équilibrée d’aller quérir leur nourriture là ou cela provoquerait des dégâts agricoles ou domestiques.
Pendant la période de fermeture, gérer et protéger les animaux de son territoire font également partie de la tâche qu’a le chasseur gestionnaire, c’est vrai que ce n’est pas à nous de décider systématiquement de la vie ou de la mort de tel ou tel individu, mais donner à chacun sa chance, lui permettre de s’en sortir dignement. Aussi, pendant la période de chasse favoriser le tir d’un individu chétif plutôt que le bien portant qui remplira plus vite le congélateur !
A vous écouter, il faudrait arrêter aussi le piégeage, car n’y intervient on pas sur les lois de la nature, voulant que le surdensitaire renard fasse ripaille de nos faisandeaux ou perdreaux, ce que le renard n’aura pas eu, les becs droits s’en chargeront… Ah oui, nous aurions une nature sauvage, aussi sauvage que l’idée que vous colportez de la chasse.
Avez-vous seulement un jour fait une action envers la chasse autre que celle d’envoyer vos molosses croquer un animal ?
Je n’ai rien contre la chasse avec des chiens, la vénerie française n’est elle pas l’une des plus belles représentations de la chasse, chasse avec des règles drastiques et nobles. La plupart des formes de chasse avec des chiens ne voient intervenir les chiens que pour trouver, lever, rapporter le gibier au maitre. En vénerie, une meute de plusieurs dizaines de chiens ne fait que pousser le gibier et au final le bloquer, mais c’est toujours le chasseur qui assure la mise à mort.
Protéger un animal infirme dont le capital survie n’est pas engagé, à plus forte raison si c’est une femelle suitée… Assurer par là aussi, la prise de responsabilité, même si elle ne m’incombe pas !
M’émouvoir devant un petit être, qui se bat contre la terre entière pour survivre, et, lui apporter un peu d’assistance…
Choisir ensuite de fermer une bague sur la patte d’un chevreuil, plus petit qu’un lièvre…
Ne sont que quelques rares actions, que j’ai choisi d’être miennes pour ce que je pense être le mieux pour la gestion de mon territoire !

Ceci dit, compte tenu des positions un peu trop extrêmes qui ressortent des différents posts, je préfère quant à moi, clore la discussion, ici !

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanglier à 3 pattes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion La Chasse :: Partie chasse :: Grand gibier-