Passion La Chasse
N'hésitez pas à vous inscrire ou à vous connecter !



La chasse étant notre passion commune,
Ce forum est un lieu d'échange et de discussion dans la convivialité et le respect mutuel !
 
SiteForumAccueilTest & PrésentationPortailFAQS'enregistrerRechercherConnexion
Partagez | 
 

 Gibier d'eau - Les différentes espèces chassables !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alex33
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 25783
Age : 34
Localisation : Sud Gironde (33)
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Gibier d'eau - Les différentes espèces chassables ! Jeu 3 Mai 2012 - 13:03

- les espéces chassables :



*les canards de surfaces :



Les canards de surface barbotent dans l’eau à la recherche de la nourriture : pour eux, des flaques d’eau de faible profondeur suffisent amplement puisqu’ils ne doivent pas nager en plongée pour s’alimenter. Ils cherchent également leur nourriture dans les prairies et les cultures. On les distingue des canards plongeurs :
à l’envol, ils ne courent pas à la surface de l’eau mais décollent directement d’un seul élan
sur l’eau, leur silhouette est relevée vers l’arrière.

1- le colvert :

Description: Le Canard colvert (Anas platyrhynchos), canard mallard au Canada ou canard français en français cadien1, est une espèce d'oiseau de l'ordre des ansériformes, de la famille des anatidés et de la sous-famille des anatinés. C'est certainement le plus connu et reconnaissable de tous les canards, du fait de l'existence de races de canards domestiques issues de cette espèce.

colvert mâle



colvert femelle



2-la sarcelle d'hiver

Description :La sarcelle d'hiver est le plus petit canard d'eau douce d'Europe. Son plumage nuptial est très attrayant : la tête est rousse avec une large bande verte sur les joues. La poitrine est crème tachetée de noirâtre, prolongée par un ventre blanc et un dessous de la queue jaune bordé de noir. Le dessus du corps et les flancs adoptent une coloration grise. Les ailes sont marquées par une fine bande blanche sur leur avant et par un miroir noir et vert sur la partie centrale. Le reste de l'année, après la mue, le mâle porte des couleurs assez ternes comme la femelle. Il est entièrement brun et beige.

Sarcelle d'hiver mâle



Sarcelle d'hiver femelle



3 - La Sarcelle d'été

Description : Ce canard de surface est légèrement plus grand, possède un cou un peu plus long et un bec plus important que la sarcelle d'hiver. En livrée nuptiale, le mâle est typique et immédiatement identifiable : une large bande blanche en forme de demi-cercle démarre en arrière de l'oeil et aboutit jusqu'à la nuque. Le reste de la tête, du cou et de la poitrine sont brun rougeâtre sombre et provoque un contraste saisissant avec les flancs gris pâle accentué encore par les scapulaires allongées et rayées de noir et de blanc. La femelle, le mâle en éclipse et le juvénile sont plus difficilement repérables, rappelant beaucoup d'autres petits canards. Il faut faire preuve alors de nombreuses qualités d'observation. Les caractères discriminants les plus probants sont sans doute la calotte et le trait oculaire très sombres, ce dernier étant mis particulièrement en valeur par le fond chamois clair qui l'environne.

Sarcelle d'été mâle





4 -Le souchet

Description : Le mâle souchet est reconnaissable entre tous grâce à son gros bec gris, très élargi à l'extrémité, à sa tête vert-bouteille et ses iris jaunes. Sa poitrine est blanche, ses flancs et son ventre marron, son dos noir. Les ailes sont bleu clair à la base avec une tache anguleuse vert et blanc. Dans la continuité du dos ; la queue est noir et blanc dessus, noire dessous. Les pattes sont rouge-orange. La femelle porte une livrée marron. Le souchet est légèrement plus petit que le canard colvert à qui il ressemble un peu par l'agencement de ses couleurs.

Souchet mâle




Souchet femelle




5 - Le siffleur

description : Les mâles siffleurs sont très caractéristiques ; leur dos gris métal, leur poitrine rosée et leur tête brune coupée d’un trait jaune paille ne peut pas tromper. Leur bec gris clair à pointe noire est également caractéristique surtout lorsque celui-ci est en ellipse. On remarquera une bande alaire blanche. Comme chez tous les canards, la femelle du canard siffleur est beaucoup plus terne que le mâle. Sa robe est quasiment uniquement brune, avec un peu de gris sur la queue.
En hiver, on peut l’observer dans les secteurs lacustres, les marais d’eau douce, les fleuves, les lacs et les régions agricoles bordant le littoral. Sur les côtes proprement dites, il peuple les lagunes, les baies, les estuaires, les plages dans l’espace compris entre le niveau le plus élevé et le plus bas des marées, là où l’apparition de matière végétale est la plus importante (zone intertidale). En période de reproduction, le canard siffleur préfère les tourbières et les marécages situés à proximité d’une importante couverture boisée. Les prairies humides pourvues en herbes rases et variées sont des endroits privilégiés pour la nidification .
la femelle est au millieu sur la photo .

[img][/img]

mâle siffleur



femelle siffleur


[img][/img]


6 - Le pilet


description :Ce canard svelte et élégant donne l'illusion d'être plus long que que le canard colvert principalement à cause de son grand cou et de sa longue queue éffilée noire et jaune crême alors que la réalité est toute autre. Le mâle possède une tête brun chocolat, un cou blanc qui se prolonge par une bande blanche qui remonte en arrière des joues. Le dos est gris, l'extrémité des aile noire. Un miroir vert bronze orne la partie centrale de l'aile. Crâne arrondi, bec mince gris sombre et ventre blanc. Le dessus de la queue est noir.
La femelle ressemble aux autres femelles de canard : livrée marron terne avec des stries grises, beiges et brunes. Les critères de détermination sont la queue pointue, le cou mince et le bec gris assez long et étroit. Il fréquente les côtes marines en hiver mais aussi les tourbières inondées et les eaux douces.

mâle pilet




femelle pilet



7 - le chipeau

Description : Le canard chipeau est un canard de surface aux couleurs ternes : Le mâle est gris avec un croupion noir et le ventre blanc. Il a un miroir alaire blanc bordé de noir et de roux que l'on peut observer aussi bien en vol qu'au repos. Le bec est gris. La femelle est difficile à distinguer de celle du colvert. Outre sa taille plus petite, la couleur orange des côtés du bec et le ventre blanc permettent de différencier les deux espèces. Sinon, elles présentent la même livrée marron finement tachetée de noir, légèrement plus grise toutefois en ce qui concerne la femelle du canard chipeau.

chipeau mâle



chipeau mâle et femelle






* les canards plongeurs


Les canards plongeurs ont besoin de pièces d’eau d’une certaine profondeur qui leur permette de plonger à la recherche de la nourriture.
On les distingue des canards de surface :
•à l’envol, ils courent sur l’eau avant de décoller
•sur l’eau, leur silhouette est plongeante vers l’arrière

Les canards plongeurs sont de grands voyageurs qui répondent aux même exigences migratrices que leurs cousins dit “de surface”. Néanmoins, ils n’hivernent généralement pas sur les mêmes zones.

Comme de nombreux canards de surface, les plongeurs du paléarctique occidental nichent au Nord de l’Europe (Russie, Scandinavie, Europe centrale) mais se distinguent des “barboteurs” par leur reproduction plus tardive. Ainsi leur migration se trouve décalée et le pic d’arrivée sur les sites d’hivernages se situe en janvier alors qu’il a lieu en décembre pour les canards de surface. Ces zones d’hivernage sont peu méridionales, ainsi le bassin méditerrannéen n’est guère fréquenté. Généralement grégaire, les canards plongeurs aiment hiverner sur des sites dégagés assurant sécurité et ressources alimentaires abondantes.

Les plongeurs ne portent pas de miroirs colorés aux ailes mais des taches blanches diversement disposées. Celles-ci jouent aussi un rôle de signaux optiques très utiles en vol nocturne. Le dimorphisme sexuel est prononcé comme chez les barboteurs et le déroulement des mues, comparables.

Plus volontiers grégaires que les barboteurs, ils recherchent les grandes étendues d’eau claire et libre dont la profondeur n’excède pas leur capacité de plongée (1,5 à 7 – 8 mètres) et où ils se rassemblent en grande troupe en hiver. La végétation palustre n’est recherchée qu’en période de nidification.
Les plongeurs pondent moins d’oeufs (7 à 10 en moyenne) que les barboteurs et se reproduisent l’année qui suit leur naissance.

L’eider à duvet, le garrot et les macreuses fréquentent presque exclusivement les régions côtières et les estuaires tandis que les fuligules milouins et morillons affectionnent particulièrement les étendues d’eau douce que sont les lacs, les réservoirs et les grands fleuves. Les plongeurs aiment ces grands espaces aquatiques sur lesquels ils se déplacent parfois en bandes compactes. Davantage carnivores, les canards plongeurs ont développé des particularités anatomiques (voir tableau des différence morphologiques). Ils sont capables d’aller chercher profondément leur nourriture (jusqu’à 10 mètres pour les morillons et les milouins). Leurs pattes, disposées très en arrière du corps, sont munies de grandes palmes qui leur donnent une grande habileté sous-marine. Ils possèdent également un bec robuste pour déguster moules et mollusques.



8- Le fuligule milouin

description : Le Fuligule milouin (Aythya ferina) est un oiseau de la famille des Anatidés. C’est un canard de taille moyenne avec une courte queue et un long cou. En plumage nuptial, le mâle a le dos gris très clair finement vermiculé, encadré de noir à la poitrine et à l'arrière. Le cou et la tète sont d'un brun rouge éclatant, terminés par un bec noir barré de bleu. Les yeux sont rouge orangé et les pattes grisâtres. En plumage internuptial, l'essentiel du corps vire au gris sale tandis que les couleurs de la tête, de la poitrine et l'arrière sont plus ternes. Les femelles sont grises brunâtres avec la poitrine, la calotte et le cou brunâtres, plus foncés. Le dos, les flancs, les scapulaires et les couvertures alaires présentent des marbrures grises et brunes, plus sombres à l'arrière du corps. Elle possède des motifs diffus, clairs et foncés, sur les côtés de la tête. L’œil est brun rouge.

fuligule milouin mâle



fuligule milouin mâle et femelle





9- Le fuligule morillon

description : Le mâle dans son ensemble est noir, hormis les flancs et le ventre blancs. Une huppe noire pend sur la nuque, le bec est gris sauf l'extrémité noire, séparée par une fine ligne blanche. Les pattes palmées sont grises. La femelle a un plumage brun dessus et brun plus clair dessous, un bec et des yeux de même couleur mais sa crête est plus courte. On note parfois une tache blanche à la base du bec. En vol, les deux sexes montrent une barre alaire blanche. Le fuligule morillon émet une variété de cris rauques.Comme la totalité des anatidés, il fréquente les étangs, les lacs, les rivières lentes et les fleuves. En hiver, il pousse des incursions jusque dans les villes où on le retrouve principalement sur les grandes pièces d'eau des parcs ou a proximité des ponts qui enjambent les cours d'eau. Canard d'eau douce, le fuligule morillon est rarement observé en mer, sauf pendant les migrations ou pendant les grands froids. Présent dans les régions tempérées d'Eurasie, il est sédentaire en Europe Occidentale seulement. Ailleurs, il est migrateur, nichant jusqu'en Laponie et hivernant jusqu'en Ethiopie.

fuligule morillon mâle







fuligule morillon mâle et femelle






*Les oies



10- L'oie cendrée

description : L’Oie cendrée est la plus grande des oies sauvages européennes. Les deux sexes sont identiques. Seule la taille, en moyenne plus grande chez le mâle, peut permettre de le reconnaître dans un couple.
Les juvéniles sont très semblables aux adultes mais le moindre développement des liserés clairs des plumes donne un aspect plus uniforme au cou, au dos et aux flancs et ils n’ont jamais de taches noires sur le ventre.
Le régime alimentaire de l’Oie cendrée est composé exclusivement de végétaux qu’elle consomme sous forme de racines, rhizomes, bulbes, tubercules, graines et feuilles. L’Oie cendrée « baltique » consomme principalement les rhizomes de Scirpus et de Phragmites. D’autres plantes aquatiques comme les Typha, Equisetum, Glyceria, Potamogeton, Phalaris et Lemna sont aussi consommées couramment. Les Oies cendrées « norvégiennes » s’alimentent surtout des parties aériennes de graminées et d’autres plantes prairiales comme Festuca, Agropyron, Lolium, Poa, Taraxacum, Sonchus et Chenopodium.Localement, l’Oie cendrée fréquente des terres cultivées et peut y déterrer racines et tubercules de carottes, pommes de terre, navets, rutabagas et betteraves. Elle se nourrit parfois de céréales (blé, orge, avoine et maïs), le plus souvent laissées au sol après la récolte.En hivernage et lors de la migration prénuptiale, il lui arrive de brouter les jeunes pousses de céréales d’hiver et de colza.A Oostvaarderplassen, un des grands sites de regroupement des Pays-Bas, les Oies cendrées se nourrissent presque exclusivement des feuilles, tiges et rhizomes de Typha et Phragmites, et lorsque ces ressources s’épuisent, elles se reportent sur les pâtures et les champs de colza ou de céréales d’hiver. Sur un autre site des Pays-Bas en bordure de la mer des Wadden, elles se nourrissent de Spartina, Festuca, Scirpus et Elymus .

L'oie cendrée


11- l'oie rieuse

description : Elle mesure une longueur de 65 à 78 cm et d'une envergure de 130 à 165 cm . Le plumage est brun-gris avec des barres ventrales noires, la principale caractéristique de l'oie rieuse étant sa tache blanche sur le front. Le bec et les pattes sont orange avec aussi des rayures noires sur le ventre que l'oie cendrée n'a pas.
C'est une espèce bruyante qui se distingue par son cri aigu et musical, d'où son nom, grégaire uniquement après la nidification qui a lieu dès le mois de mai. Le nid est situé sur un monticule de terre souvent en terrain sec. L'oie rieuse est réputée être une espèce craintive et prudente.
Elle niche dans la toundra arctique à travers la Russie, le Groenland, l'Alaska et le Canada. On peut la rencontrer en hiver en Grande-Bretagne, dans les Balkans et la Turquie. En France, elle peut se rencontrer en Bretagne, sur le littoral de la Manche et en Camargue. Les populations américaines hivernent au sud des États-Unis et au Mexique, les populations sibériennes hivernant quant à elles au Japon et en Chine.
La population de l'oie rieuse est comprise entre 2 900 000 et 3 300 000 individus

L'oie rieuse




12- l'oie bernache du canada

description : Espèce originaire d'Amérique du Nord introduite en Europe. Attention de ne pas la confondre avec la bernache nonnette au dessin blanc différent sur la tête, au dessus gris foncé et au dessous gris clair. Parmi les bernaches, la Canada est la plus grosse espèce représentée en Europe. En période hivernale, elle se mêle à des troupes d'autres bernaches comme la nonnette. Les populations nicheuses françaises se situent surtout dans le nord de la France. Elles sont sédentaires. Une partie de la population scandinave est migratrice. Les quartiers d'hiver sont en Pologne, Allemagne et au Danemark. Lors de la migration la bernache du Canada vole en grands groupes en forme de V, ou diagonalement mais en ligne droite. Généralement bruyante en vol. La bernache du Canada niche sur le sol, près de l'eau.
La femelle dépose de 4 à 8 oeufs blancs. L'incubation dure environ de 23 à 30 jours, assurée par la femelle, tandis que le mâle défend le territoire.
Cette espèce produit une couvée par an. Le régime de la bernache du Canada est végétarien : elle se nourrit principalement d'une grande variété d'herbes, de plantes aquatiques, de laîches, de graines de céréales et de graminées, et de baies.
Les zones humides constituent les habitats de cette bernache d'origine allochtone.
La bernache du Canada vit dans les zones herbeuses, les paysages variés et la toundra arctique.
Taille : 90 à 100 cm
Envergure : 160 à 175 cm
Poids : 4300 à 5000 g
Longévité : 24 ans

la bernache du canada



Dernière édition par alex33 le Sam 3 Nov 2012 - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Gibier d'eau - Les différentes espèces chassables !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion La Chasse :: Partie chasse :: Fiches et Dossiers techniques PLC-